Par DDK | 8 Septembre 2018 | 504 lecture(s)

DJEBAHIA - Surcharge de l’école primaire du chef-lieu

Le maire préconise l’ouverture d’un groupe scolaire

Cette année encore, la problématique de la surcharge des classes se pose déjà au chef-lieu de la commune de Djebahia. Ce constat a été fait récemment par le maire de cette commune, qui expliquait que ce problème date depuis maintenant plusieurs années. Selon le maire, il existe une seule et unique école primaire au niveau du chef-lieu communal. Cet établissement, fait savoir le même responsable, est déjà surchargé et ne peut accueillir le nombre sans cesse important des enfants. La même inquiétude est ressentie aussi bien chez les responsables de cette école que chez les parents d’élèves. Selon les indications données par l’édile communal, cette école primaire prend en charge, en tout et pour tout, un total de 650 élèves. Un nombre d’enfants déjà assez important appelé à augmenter. Cette situation va sans doute se répercuter sur les conditions de scolarisation. Pour pallier ce problème et à l’occasion d’un conseil de wilaya consacré à la rentrée scolaire, tenu récemment, le maire de Djebahia a proposé une solution qui saurait satisfaire tout le monde. «Nous devrions songer à exploiter le groupe scolaire inauguré depuis quelques années pour régler le problème de la surcharge», a-t-il déclaré. Selon le maire, le groupe scolaire en question est composé de huit classes et d’un logement d’astreinte. Il faut signaler que la structure en question a été laissée à l’abandon et livrée à la dégradation. Situation qui a amené les responsables de l’APC de Djebahia a débloquer un budget estimé à six millions de dinars pour les travaux de réfection. S’il venait à ouvrir ses portes, cet établissement va aider à diminuer la pression sur l’école primaire du chef-lieu. Mais cette proposition exigerait un examen approfondi des services de l’éducation de la wilaya de Bouira. C’est du moins ce qu’a soutenu le secrétaire général de la wilaya qui répondait à cette préoccupation. Selon celui-ci, la décision de l’ouverture ou pas de ce groupe scolaire est du ressort de la direction de l’éducation. «Seule la direction de l’éducation pourrait se prononcer sur ce sujet en fonction de moyens pédagogiques disponibles», a noté le SG. A vrai dire, il faudrait tout un dispositif et surtout des moyens avant le lancement d’une telle initiative. Entre-temps et en attendant l’ouverture de groupe scolaire, le problème de la surcharge des classes persiste. .

Sarah Madani

0