Par DDK | 11 Octobre 2018 | 797 lecture(s)

Sour El Ghozlane

Le CEM Lamdjad Ben Abdelmalek en proie à la dégradation

Le CEM Lamdjad Ben Abdelmalek de Sour El Ghozlane, un des plus anciens établissements scolaires de la ville, se trouve dans un état de dégradation avancée. Dans cet établissement, presque aucun endroit n’échappe à la dégradation. Les façades des blocs scolaires, de d’administration et des sanitaires tombent de décrépitude. Au niveau des blocs scolaires érigés en R+3, les murs sont lézardés et la peinture a volé en éclat. Les signes de l’érosion y sont visibles partout. La boiserie des fenêtres et des portes est très abimée. La peinture y a disparu par endroits et demande à être entièrement refaite. L’étanchéité, elle aussi, commence à montrer des signes de dégradation. Pour certains parents d’élèves, les bâtiments du CEM sont vétustes et rangés par l’érosion. Beaucoup s’interrogent comment est-il possible de scolariser des enfants dans des bâtiments vieux de 45 ans. Les mêmes parents avouent avoir interpellé à plusieurs reprises les responsables du CEM sur l’état de vétusté de la bâtisse et sur la nécessité d’engager des travaux de réhabilitation. Mais en vain. Des parents font savoir que le directeur du CEM qu’ils ont interpellé sur la situation a exhibé des dizaines de correspondances adressés aux responsables du secteur de l’éducation dans lesquelles il fait état de la dégradation de l’établissement. Mais ces correspondances sont restées sans suite. Pourtant, des dizaines d’opérations de réfection avaient été lancées ces dernières années par les services de la wilaya. Et chaque année, des dizaines de milliards de centimes sont alloués par les pouvoirs publics au volet entretien des établissements scolaires. Pis encore, chaque année, des commissions d’inspections de l’académie et de l’assemblée de wilaya font la tournée des établissements scolaires à travers la wilaya pour un état des lieux en vue de la prise en charge des plus dégradés. Mais le CEM Lamdjad de Sour El Ghozlane ne s’est vu inscrire aucune opération de restauration ou réfection ces dernières années. Beaucoup à Sour El Ghozlane se demandent ce que font les responsables locaux de l’APC et de la daïra devant cette situation. La direction de l’éducation est donc interpellée sur le cas de ce CEM en proie à la dégradation.

Djamel M

0