Par DDK | 7 Décembre 2017 | 1737 lecture(s)

Lycée d’Aïn Zaouïa

Les parents d'élèves inquiets

La grève initiée par le Cnapeste a réellement perturbé le fonctionnement de certains établissements quand on sait que les élèves se présentent aux lycées avant qu'ils ne soient renvoyés.

«Vraiment, c'est une anarchie totale. Il y a des professeurs qui travaillent et d'autres non. Nos enfants sont perturbés sans que personne ne daigne lever le petit doigt. On doit mettre un terme à cette situation qui pénalise les lycéens. Ils sont pris en otage alors que le premier trimestre tire à sa fin. Comment feront-ils pour rattraper cet énorme retard notamment quand il s'agit des classes d'examen?» s'interrogera M. Rachid Zemouche en sa qualité de président de l'association des parents d'élèves (APE) de ce lycée. Et de poursuivre: «Que la direction de l'éducation réagisse. Pourquoi la ministre n'intervient-elle pas?» Pour cet interlocuteur, il est temps que tous les présidents des APE s'unissent pour que les élèves reprennent les cours. «On ne doit pas rester les bras croisés devant l'inertie des responsables. Si ce syndicat a déjà organisé des sit-in devant la direction de l'éducation, c'est à notre tour de réagir et d'essayer de trouver une solution à cette situation qui ne fait que s'empirer. Nos enfants sont démobilisés et agacés par cette grève illimitée qui n'aurait pas eu lieu si les responsables concernés avaient intervenu au lendemain de l'incident», estimera-t-il. Ce représentant des parents d’élèves souhaite que ses pairs prennent attache avec lui afin de s'entendre sur les mesures à prendre pour contribuer au règlement de ce conflit qui n'a que trop duré. «Je profite de cette occasion pour lancer un appel à tous les présidents des associations de parents d'élèves des lycées de la wilaya de se fixer une date et de se réunir en vue de prendre une série de mesures et mettre un terme à cette situation sans issue. Une fois tous les présidents d'APE se seront entendus, nous fixerons une date dans les plus brefs délais afin de mener une action commune dans l'intérêt de nos enfants», conclura M. Rachid Zemouche.
Amar Ouramdane

0