Par DDK | 21 Juillet 2018 | 1205 lecture(s)

LARBAÂ NATH IRATHEN - Soldes et promotions

C’est la confusion !

Pour plusieurs citoyens, la période des soldes, lancées il y a quelques jours à Tizi-Ouzou, et des ventes promotionnelles est une aubaine d’effectuer de bonnes affaires. Cela dit, beaucoup de chalands avouent ne pas savoir faire la distinction entre soldes et promotions. Il faut savoir que les ventes promotionnelles et les soldes sont gérées par le même texte : un décret exécutif 06 - 215, du 18 janvier 2006. La différence, c’est que la période des ventes promotionnelles est fixée par le commerçant lui-même, contrairement aux soldes. Le choix revient donc à ce dernier, mais il est, toutefois, tenu de respecter la durée réglementaire des ventes promotionnelles qui ne doit pas excéder les 21 jours. S’agissant des soldes, elles sont fixées par un arrêté du wali et s’étendent jusqu’à 5 semaines. Chaque année, les commerçants ont droit à deux soldes : en hiver et en été. Pour procéder à la réduction des coûts de ses articles dans le cadre des soldes, chaque commerçant doit, d’abord, formuler un dossier, dans lequel il doit préciser la quantité et identifier les biens qui vont faire l’objet de ces ventes. Il est aussi appelé à confectionner la liste des prix des articles qui seront vendus au rabais, en incluant les prix initiaux et réduits, histoire de vérifier si le principe de réduction est respecté. En principe, chaque commerçant est informé de la procédure et du dossier à fournir pour le lancement de ces ventes, surtout que la direction du commerce avait fait un travail d’information dans ce sens. En cas de non respect de ce décret, le marchand contrevenant encourt, en vertu de la loi 04 – 02 fixant les règles applicables aux pratiques commerciales, entre 5 et 50 millions de centimes d’amende, suivant la gravité de l’infraction. Il faut signaler, par ailleurs, que lors de la période des soldes, les magasins n’enregistrent pas forcément le grand rush. Certains citoyens confient que celles-ci sont pour eux un non-événement : «A quoi bon faire des soldes si les articles proposés sont cher ?! Pire encore, la qualité des vêtements ou des produits soldés laissent sérieusement à désirer, cela sans parler de l’indisponibilité, dès le lancement des soldes, de certaines tailles et couleurs», souligne un quadragénaire, du village Agumoune. Et d’ajouter : «De toute façon, les commerçants on cultivé avec le temps, une méthode pour inciter les gens à acheter, sans même le vouloir. Il s’agit du fameux procédé appelé communément ‘’arrangement’’. Un mot magique grâce auquel on réalise de bonnes ventes. En fait, les prix annoncés au départ et ceux supposément revus par le vendeur sont très différents. Il y a un grand écart. Par exemple, un pull affiché à 2 500 DA sera vendu, après ‘’arrangement’’, à 1 600 DA. Une ruse qui marche bien mieux que les soldes».

Youcef Ziad.

0