Par DDK | 21 Juillet 2018 | 1418 lecture(s)

Draâ El-Mizan

Les box commerciaux à l'abandon

Les box métalliques dits "box commerciaux", installés au centre du marché des fruits et légumes de Draâ El-Mizan, il y a cinq ans, ne sont toujours pas exploités. Certains sont devenus des urinoirs à ciel ouvert. Pourtant, avec leur livraison, les autorités locales ambitionnaient d’éradiquer le commerce informel. Cependant, au fil du temps, les commerçants installés dans des baraques de fortune, non loin de ce marché, ont refusé d'être délogés pour occuper ses box. «D'abord, ils ne correspondent pas à nos activités. Ils sont trop exigus pour contenir toute notre marchandise. Et puis, ils ne sont pas adaptés à l’exercice d’une quelconque activité. Est-ce que réellement ces cages à lapins peuvent prendre deux clients en plus de la marchandise?» dira un marchand de chaussures. Devant le refus de ces marchands, l'APC a fini par céder. Ces box ne tarderaient pas à être saccagés d'autant plus qu'ils ne sont pas gardés. Dans cette ville de plus de vingt mille habitants, où transitent des milliers d’autres individus venus des communes limitrophes, même le marché des fruits et légumes actuel ne répond pas aux normes. «Il faudrait déplacer ce marché vers un autre endroit adéquat et spacieux en même temps», estime un marchand de fruits et légumes. À noter aussi qu’à Draâ El-Mizan, les locaux dits du Président sont boudés par leurs acquéreurs. «Ils sont mal situés. Qui va faire ses emplettes à la sortie de la ville tout près de l'hôpital Krim Belkacem?» lance l'un des acquéreurs. L’on ne compte que trois artisans qui ont lancé leur activité dans ledit site. Pour certains, il ne s’agit là que d'argent jeté par les fenêtres. Il est à signaler, en outre, que le marché de proximité, réalisé avec un mur de soutènement, et achevé depuis des mois, est resté fermé. «Nous pensions que le marché de proximité allait ouvrir durant le mois de Ramadhan. Puis, rien ne fut. L’on se demande ce qu'attendent les responsables concernés pour le mettre en service», fulmine un retraité de l'éducation, habitant à la cité Mohamed Belaouche. La mise en service de cet espace commercial soulagerait les riverains, notamment les résidents des trois importants lotissements, à savoir le lotissement Belaouche, lotissement social et le lotissement Nord. D’ailleurs, soutient-on, une centaine de postes d'emploi seront créés, puisque le dit marché dispose d'une quarantaine de box, en sus des emplois indirects (livreurs, transporteurs, etc.) qui seront conçus. Ce marché générera aussi des rentrées en fiscalité pour L’APC.
Amar Ouramdane

0