Par DDK | 23 Juillet 2018 | 1011 lecture(s)

Tizi-Gheniff

La campagne moisson-battage tire à sa fin

Lancée juste après le mois de Ramadhan, la campagne moisson-battage tire à sa fin.

À Tizi-Gheniff, les trois moissonneuses sont à pied d’œuvre pour ces derniers jours dans la plaine de Tamdikt (basse-M’Kira). «Pour cette saison, nous n’avons pas eu de problème de machine. En plus des deux moissonneuses-batteuses du privé, la CCLS de Draâ Ben Khedda a mis à notre disposition une troisième machine. Une quatrième vient d’arriver de Chabet El-Ameur (Boumerdès). Nos céréaliculteurs sont tous satisfaits», fait savoir Mme Hakima Aliouane, en sa qualité de subdivisionnaire agricole dans cette daïra. Pour cette année, 700 hectares ont été emblavés en blé dur et quelques autres en orge et en avoine. «C’est le blé dur qui domine dans notre région. D’ailleurs, nos céréaliculteurs se chargent eux-mêmes du transport de leur récolte aux silos de Draâ Ben Khedda parce qu’ils n’investissent pas dans le blé de multiplication, comme ceux de la daïra de Draâ El-Mizan», soulignera-t-elle. Interrogée sur les rendements enregistrés jusque-là, elle dira que le rendement moyen est de vingt-quatre quintaux à l’hectare. «Parfois, certains agriculteurs ont relevé des pics de quarante-cinq quintaux à l’hectare. C’est une saison prolifique. Tout le monde est satisfait», se félicite-t-elle. Dans cet ordre d’idées, elle confiera qu’un céréaliculteur d’Aït Yahia Moussa a investi dans cette filière. «C’est une première dans cette municipalité montagneuse. A noter que cette subdivision agricole prend en charge, en plus des communes de Tizi-Gheniff et M’Kira, celle d’Aït Yahia Moussa. Un céréaliculteur a emblavé dix hectares. C’est très encourageant. Nous souhaitons à l’avenir que la céréaliculture prenne une place dans cette commune», espérera la subdivisionnaire. En somme, une récolte de près de 20 000 quintaux serait attendue d’ici la clôture de la campagne moisson-battage, soit un rendement record.

Amar Ouramdane

0