Par DDK | 23 Juillet 2018 | 1473 lecture(s)

Draâ El-Mizan

L’opération de démoustication lancée

La campagne de démoustication a été enfin lancée à Draâ El-Mizan. L’entreprise chargée de l’opération, dont le coup d’envoi a été donné à la cité des 108 logements, est à pied d’œuvre. À signaler que dans ce périmètre (108 logements), en raison des eaux usées et des détritus en tous genres jonchant les rues, les moustiques se sont proliférés à telle enseigne que les habitants ne peuvent plus ouvrir leurs fenêtres. «Pour cette année, dira un résident de l’une des cités concernées par cette démoustication, même si nous utilisons les pastilles et autres moustiquaires, nous sommes toujours envahis par ces petits insectes qui nous empoisonnent la vie». «Cela dit, nous sommes très contents que la démoustication a été lance. Enfin, nous pouvons espérer que cette nuisance va diminuer un tant soit peu», ajoute le même interlocuteur. Comme ce dernier, ils sont nombreux à exprimer leur satisfaction, souhaitant au passage que ce genre d’opération soit renouvelé au moins une autre fois d’ici la fin de la saison estivale. Selon une source proche de l’APC, cette campagne touchera toutes les cités et les quartiers de la ville. «Elle a été lancée un peu en retard. Mais il faudrait savoir qu’en mai et en juin, il n’était pas possible de mener ce genre d’opération parce qu’il a beaucoup plu. Les insecticides n’allaient pas être efficaces car les moustiques ne sortent pas lorsqu’il pleut», estime la même source. Par ailleurs, cette dernière confiera que même si des campagnes d’abattage de chiens errants ont, déjà, eu lieu, il est regrettable de voir d’autres meutes envahir certains quartiers. «En tout cas, un autre abattage sera programmé d’ici la fin de l’été avant la rentrée scolaire», rassure-t-elle. Il y a lieu de souligner que de nombreux citoyens se plaignent de la multiplication de ces canidés dans leurs cités. «On ne sait pas d’où viennent tous ces chiens. Dernièrement, on a appris que plus d’une trentaine de bêtes ont été abattues mais on voit que d’autres ont vite investi leurs lieux habituels (décharges). D’où viennent-elles ? Qui sont leurs propriétaires ?», s’interrogera un habitant de la cité 64 logements.

A.O.

0