Par DDK | 24 Juillet 2018 | 970 lecture(s)

Yattafen

Le lycée enfin doté de l’ADSL

Le lycée «Tassaft, Akbil Yattafen», implanté sur le territoire de la commune d’Aïn El Hammam, a été enfin raccordé au réseau de la téléphonie fixe, après une attente qui aurait duré plus de 5 ans. En effet, «après maintes demandes et réclamations exprimées par l’administration du lycée aussi bien à l’intention de l’APC de Yattafen et de la daïra de Béni Yenni qu’à la direction de l’éducation et des services de l’ACTEL et d’Algérie Telecom, notre demande a finalement eu un écho», se félicitera un fonctionnaire du lycée. Ainsi, le responsable de l’ACTEL de Béni Yenni et un autre venu de Tizi-Ouzou se sont déplacés dans la région pour le lancement des travaux. Au total, ce c’étaient 28 lignes téléphoniques qui ont été destinées à l’agglomération de Souk El Djemaâ, distante du chef-lieu de Yattafen de près de 800 mètres à vol d’oiseau. Bien que les câbles aient été posés et les opérations de raccordement du lycée et de certaines habitations de Souk El Djemaâ finalisées, il n’en demeure pas que le téléphone et l’internet n’ont pas encore été mis en service, du moins jusqu’à hier. Cela dit, les services de l’ACTEL assurent que la mise en service de ces commodités ne saurait tarder. A noter que sur les 28 lignes destinées à cette agglomération, seules 12 opérations de branchement ont été exécutées. «Qu’a cela ne tienne, l’essentiel c’est qu’il y a eu des raccordements. Certes, il faudra remercier le directeur d’Algérie Télécom de Tizi-Ouzou, qui a enfin répondu à notre doléance, mais il faudrait qu’il se penche sur le problème qu’endurent les abonnés de cette agence publique au chef-lieu de Yattafen, où le débit internet laisse sérieusement à désirer», dira un résident de Souk El-Had. Et de poursuivre : «Le débit qui arrive chez nous ne reflète pas le nombre de mégas que nous payons. Il est tellement faible qu’internet se coupe souvent. La dernière fois, c’était pendant l’Aïd, lors duquel le chef-lieu, Souk El Had, a été privé d’internet. C’était pendant 4 jours nous avons payés».

M. A. B.

0