Par DDK | 1 Aout 2018 | 769 lecture(s)

Draâ El-Mizan

Deux structures sportives en attente de mise en service

S'il est vrai que la salle omnisports et la piscine semi-olympique paraissent prêtes, leur mise en service tarde à venir. Effectivement, de l'extérieur, ces deux belles structures sont achevées. Néanmoins, elles attendent toujours les aménagements extérieurs. «Elles sont prêtes mais nous ne savons pas quand elles seront opérationnelles. Aucune information n'a filtré à ce sujet. Mais, on croit savoir qu'elles seront mises en service d'ici la fin de l'année», nous répondra un membre du mouvement associatif. Ces deux infrastructures sont tant attendues par les jeunes. «Nous sommes privés de la salle omnisports depuis près de treize ans. Elle a été détruite en janvier 2005 par la neige. Il a fallu attendre jusqu'en 2014 pour qu'elle soit reconstruite», dira un autre jeune accosté devant l'aire de jeux à proximité de la salle. Quant à la piscine semi-olympique, elle a été inscrite au temps de l'ex wali M. Abdelkader Bouazgui. Sa réalisation a pris beaucoup de temps. Ces deux structures sportives viendront donc, à point nommé, soulager les jeunes de toute la région. «Un médecin m'a recommandé des séances de natation. Comme il n'y a pas de piscine dans notre région, je me déplace jusqu'aux Issers», nous dira un retraité de l'Éducation. C'est dire qu'une telle structure est attendue même par les vieilles personnes. En tout cas, les associations sportives sollicitent les responsables locaux et de wilaya à mettre en service ces deux structures dans les meilleurs délais possibles. «On ne peut mettre en service ces deux structures tant que les aménagements extérieurs ne sont pas réalisés. Elles sont encore en chantier. Il faudrait attendre la décision du maître d'ouvrage», nous confiera une source proche de ce projet. Dans cette ville de plus de vingt mille habitants sans compter les vingt-cinq mille autres éparpillés sur les nombreux villages de la commune, il manque encore beaucoup de structures sportives. A signaler que les deux clubs de football (l'EDEM et l'ESDEM) pensionnaires respectivement du groupe honneur de wilaya et régionale 2, sans compter les autres CSA, se disputent les créneaux horaires pour les séances d'entraînement au stade Mohamed Boumaghar, le seul terrain de la ville. «Si, par exemple, l'aire de jeux à proximité du lycée Ali Mellah était engazonnée en tartan synthétique, nous pourrions l'utiliser pour notre école de football», estimera de son côté le président du CSA/ Olympique de Draâ El-Mizan. D'autres pensent que des terrains de proximité s'imposent dans de nombreux quartiers. Ils citeront le quartier dit «L'abattoir», les cités sises dans la Zhun et à l'ex cité Caper. En définitive, même si les deux structures précitées étaient mises en service, le manque ne sera pas entièrement comblé. «Est-ce qu’une seule piscine suffira à satisfaire la forte demande exprimée par les sportifs?», se demande un membre d'une association sportive de la ville.

Amar Ouramdane

0