Par DDK | 2 Aout 2018 | 1591 lecture(s)

FRIKAT - Il devait être inauguré en avril dernier

Le lycée enfin prêt !

Le lycée de Frikat est enfin prêt à recevoir les élèves dès la rentrée scolaire prochaine. Annoncée pour avril de l'an dernier, son inauguration a été différée pour le mois de septembre.

«Il n'était pas possible de le livrer en avril parce qu'il ne fallait pas perturber la scolarité des élèves», nous confiera une source proche de ce dossier. Ce nouvel établissement de huit cents places pédagogiques en demi-pension, accueillera tous les élèves scolarisés dans les lycées de la ville de Draâ El-Mizan et peut être une partie des élèves de la commune de Bounouh relevant de la daïra de Boghni. «Sa carte scolaire est, en principe, établie. Il y aura de nouveaux professeurs, mais certains enseignants suivront les élèves de Draâ El-Mizan vers cet établissement», ajoutera la même source. Pour les autorités locales, il ne manquait rien pour sa mise en service. «L'APC avait contribué avec les moyens dont elle disposait. Maintenant, c'est à la direction de l'Éducation de prendre le reste en charge tels que les équipements et le personnel aussi bien pédagogique, administratif que d'entretien», nous a déclaré, dernièrement le maire de cette municipalité. Une chose est sûre : c'est une aubaine aussi bien pour les autorités locales que pour les élèves. «Nous allons respirer, parce que notre APC dépourvue de moyens de transport en suffisance sera soulagée. Et puis, n'oubliez pas que nos élèves sont souvent affectés par leur déplacement de leurs villages jusqu'au chef-lieu de daïra. Certains d'entre eux font plus de quarante kilomètres en aller et retour en bus», soulignera un autre élu à l'APC. A noter qu'avec l'affectation des élèves de Frikat vers ce lycée, les établissements du secondaire de Draâ El-Mizan seront désengorgés. «Nous avions des effectifs encore pléthoriques. Mais depuis la mise en service des lycées d'Ait Yahia Moussa et d’Ain Zaouia, cela a diminué. Avec le départ des élèves de Frikat, nous aurons des classes moins chargées», nous dira un responsable de l'un des lycées de la ville de Draâ El-Mizan. Si avec l’ouverture de ce lycée, le problème des élèves du secondaire ne se posera pas, il y a lieu de constater qu'au niveau du primaire, les écoles du chef-lieu communal souffrent encore de leurs effectifs. «Nous avons deux écoles primaires au chef-lieu. Elles totalisent plus de sept cents élèves. Depuis l'occupation des logements sociaux par des familles souvent venues des zones rurales, elles ne peuvent plus contenir le flux d'élèves. C'est pourquoi nous demandons la réalisation d'une autre école primaire afin de soulager un tant soit peu les deux écoles», nous confiera le maire. Selon un ancien chef de service de cette APC, un terrain avait été choisi pour la réalisation d'une école qui prendra en charge tous les élèves d'Azaghar et des hameaux environnants. Certains élèves font plus de six kilomètres en aller et retour jusqu'aux écoles du chef-lieu communal, à l'exemple des enfants d'Ath Sidi Maâmar à la périphérie du chef-lieu communal. C'est dire que cette école urge.

Amar Ouramdane

0