Par DDK | 12 Aout 2018 | 1322 lecture(s)

Draâ El-Mizan

Le bâtiment booste l'emploi

Toute personne de passage sur la RN30, en allant vers Boghni, verra quotidiennement des centaines d’ouvriers se diriger vers les chantiers.

En effet, ces projets de construction de 1000 logements sociaux et 1000 autres AADL dans ce périmètre ont boosté l'emploi depuis leur lancement. Concernant le chantier COSIDER, détenteur des 1000 logements «Programme du président de la République» dont les travaux ont été lancés en 2012, plus de cinq cents travailleurs tous métiers confondus (maçons, manœuvres, ferrailleurs, carreleurs) y sont employés après leur inscription à l'agence locale de l'emploi. Juste à côté, ce sont les chinois qui recrutèrent, eux aussi, plus de deux cents travailleurs pour la réalisation du projet de 500 unités AADL. Un autre chantier vient d’être lancé par une entreprise chinoise en contrebas du CEM dit Base 7 pour un autre projet de 500 autres unités AADL. Les premiers travailleurs algériens sont déjà sur place. C'est dire que ces chantiers contribuent efficacement à lutter un tant soit peu contre le chômage endémique qui touche pleinement la région, d'autant plus que toutes les entreprises étatiques des années 80 et 90 ont été soit fermées soit transformées en SPA. Un autre chantier, toujours confié aux Chinois est en place, il y a à peine deux mois, dans le périmètre du lotissement nord pour encore plus de 1500 autres logements AADL. Pour le moment, ce sont les travailleurs étrangers qui sont à pied d’œuvre pour mettre sur pied leur base de vie. «C'est un chantier qui boostera l'emploi. On s’attend à ce que plus de cinq cents travailleurs aient une place dans ce chantier. C'est vous dire que le secteur du bâtiment, en plein essor dans notre ville, est venu au secours de milliers de chômeurs», nous explique une source proche de ce projet. Il est à souligner, par ailleurs, que les entreprises algériennes auxquelles sont confiés des projets LSP, LPL et RHP contribuent, elles aussi, à placer des dizaines d'autres travailleurs. Depuis le lancement de la pénétrante vers l'autoroute Est-Ouest, des centaines d'autres ouvriers sont employés dans ce chantier, déjà, à sa quatrième année. Par ailleurs, grâce à tous ces chantiers, l'activité commerciale a quelque peu bougé notamment la restauration. En outre, d'autres emplois indirects ont été créés, quand on sait que certaines micro-entreprises y ont trouvé leur compte. Dans le même ordre d'idées, il est attendu la reprise du projet du pénitencier arrêté depuis 2015. Avant la résiliation du marché avec l'entreprise espagnole, deux cents cinquante ouvriers y étaient employés. C'est dire que des pères de familles au chômage, en ces moments de disette, espèrent que le projet reprenne dans les prochains jours. «Les entreprises ont été retenues. Il ne reste que quelques procédures pour redémarrer le projet», nous a confié, dernièrement, une source proche de ce projet. Il s'agit d'un pénitencier pour 300 détenus aux normes internationales en matière d'incarcération et de réinsertion dans le monde du travail.

Amar Ouramdane

1.00