Par DDK | 29 Aout 2018 | 2612 lecture(s)

Violence routière

Un été meurtrier à Maâtkas

D’aucuns n’oublieront jamais cet été meurtrier dû à la violence routière à Maâtkas.

En effet, 4 morts et plusieurs blessés ont été comptabilisés, cette année, au niveau de cette région, frappée par cette violence routière inouïe. La première victime fut un jeune de 36 ans répondant aux initiales de L. F., qui a succombé à ses blessures lors d’un accident au lieu dit Ighil Oumencher, en date du 29 juin. Trois autres blessés, plus ou moins grièvement, ont été également enregistrés lors de cet accident. Dans ce sinistre tronçon du CW 147 (sis entre les communes de Souk El Ténine et Mechtras), un motocycliste quinquagénaire a été également mortellement percuté dans un terrible accident, en rentrant en collision avec un camion roulant en sens inverse. Aussi, un autre jeune a été ravi à la fleur de l’âge (27 ans) dans un autre accident de circulation sur l’autoroute menant de Tizi-Ouzou à Alger, tout récemment. Ce jeune originaire de Berkouka, fils unique de sa famille, a perdu le contrôle de son véhicule en revenant de l’aéroport Houari Boumediene où il avait conduit sa sœur pour son retour aux Etats Unis d’Amérique où elle est établie. La quatrième victime est une vieille femme de 73 ans, violemment percutée par un fourgon de transport de voyageurs en plein chef-lieu de Maatkas. La défunte appelée affectueusement pas les connaissances, N’na Melha a succombé à ses blessures après avoir lutté contre la mort pendant une semaine au CHU de Tizi-Ouzou. C’est dire que c’est une véritable hécatombe qu’engendre encore le terrorisme routier, et ce, nonobstant toutes les campagnes de prévention contre les accidents de la circulation. L’excès de vitesse, l’alcool au volant, l’état du réseau routier, la fatigue, sont, dans la plupart des cas, à l’origine de ces drames.

Amayas Idir

0