Par DDK | 2 Septembre 2018 | 1252 lecture(s)

DRAA BEN KHEDDA Marché des fruits et légumes

La flambée continue !

Les prix des légumes et fruits connaissent, ces jours-ci, une hausse vertigineuse, devenant inaccessibles pour certains ménages. Le kilogramme de carottes, cédé il y a une semaine à peine entre 60 et 70 dinars, a presque triplé le week-end écoulé au marché du centre-ville de Draâ Ben Khedda. La laitue est vendue à 180 dinars le kilogramme. Une flambée telle que la plupart des citoyens reviennent du marché de Draâ Ben Khedda les paniers vides. «Pourtant, jusque-là, le marché de Mirabeau était épargnée par la mercuriale. Les prix y demeuraient abordables. Mais là, même avec un salaire beaucoup plus conséquent que le mien, on ne peut pas remplir un filet», dira un père de famille rencontré à quelques mètres de l’entrée du marché. Un autre citoyen venu de Tizi-Ouzou, ajoutera : «Je suis venu ici dans l’espoir de faire mes emplettes à des prix raisonnables. Mais apparemment, les prix affichés sont pratiquement identiques à ceux de Tizi. On ne sait plus où aller acheter des fruits et des légumes !». Sur les étals, les prix atteignent en effet le plafond. Le haricot vert, pourtant un légume de saison, atteint chez certains marchants les 200 dinars. L’incontournable pomme terre est à 75 DA/kg et la tomate à 120. Les fruits sont également hors de portée. Le kilogramme de raisin, qui oscillait la veille de l’Aïd entre 140 et 160 DA, a atteint les 200 dinars et même les 300 DA/kg pour celui de grande qualité. La poire et la pomme se vendent entre 350 et 400 dinars le kilogramme. Par ailleurs, vu la crainte qu’elle ait été irriguée avec des eaux usées, comme le rapportent certains témoignages publiés dernièrement dans la presse, la pastèque, dont le prix continue néanmoins à caracoler à 350 DA la pièce, est boudée par les acheteurs au marché de Draâ Ben Khedda.

D. T.

0