Par DDK | 3 Septembre 2018 | 715 lecture(s)

TADMAÏT Gestion des ordures ménagères

L’APC réclame un centre de tri et de traitement

Les citoyens de Tadmaït se plaignent du problème de la prolifération des ordures ménagères et des décharges sauvages au chef-lieu communal. Selon les témoignages que nous avons recueillis sur les lieux, les habitants de la localité font actuellement face à une pollution tous azimuts, en raison des dépotoirs sauvages signalés un peu partout à travers les quartiers. Pour le P/APC par intérim, M. Mohamed Mustapha en l’occurrence, les services d’hygiène communaux n’arrivent plus à ramasser les quantités, sans cesse grandissantes, des déchets ménagers et autres détritus jetés, quotidiennement, étant dépassés tant sur le plan matériel qu’humain. Pour freiner un tant soit peu ce phénomène, les services concernés de l’APC ont, tout de même, installé de nouveaux bacs à ordures, au chef-lieu. Sonnant le tocsin sur cet état de fait, l’Association pour le Développement Durable et l’Environnement de Tadmaït (ADDE), en collaboration avec le P/APC par intérim, a adressé une correspondance au directeur de l’environnement de la wilaya de Tizi–Ouzou, par le biais de laquelle il lui est demandé l’inscription d’un centre de tri au profit de la commune. «Nous avons l’honneur de venir respectueusement vous demander de nous inscrire sur notre agenda de projets de développement, un centre de tri des ordures ménagers et de traitement. Notre société de consommation produit des déchets de plus en plus nombreux, déversés dans des décharges à ciel ouvert. Aujourd’hui, cette situation est inadaptée, car l’environnement est pollué (…) De plus, nous risquons d’épuiser certaines ressources naturelles alors qu’une partie de nos déchets est encore recyclable, c'est-à-dire réutilisable si elle subit un traitement à l’usine», lit-on dans le document en question, dont nous détenons une copie. «En réalité, c’est la dégradation de la situation qui a interpelé ma conscience. Nous voulons à travers notre action mettre un terme au problème des décharges sauvages, qui menacent notre environnement et la santé publique», dira à ce propos M. Belaïche Ali, dit Mohamed, président de ladite association. Par ailleurs, les rédacteurs de cette correspondance attirent l’attention des services de l’environnement de la wilaya sur le projet de réalisation d’un centre d’enfouissement technique à Tadmaït, lequel ne connaît aucune évolution.

Rachid Aissiou

0