Par DDK | 6 Septembre 2018 | 1095 lecture(s)

M'Kira

Pas de rentrée scolaire à Taka non plus

Les 150 élèves de l'école Mohamed Fodhil, de Taka, n'ont pas rejoint, hier, les bancs de l'école. Ils sont contraints à prendre encore des journées de vacances supplémentaires parce que leurs parents ont refusé de les envoyer dans le nouveau bloc scolaire. Selon le président du comité de village, cette décision a été prise en assemblée générale. «Nos enfants ont vraiment souffert dans l'ancienne école. Il est inutile que je rappelle tout ce qu'ils ont enduré dans cet établissement construit en pré fabriqué au début des années 90, surtout lorsque celui-ci a été dévoré par les flammes en janvier 2017.Depuis, ils étudièrent dans des conditions difficiles dans l'espoir de voir le nouveau bloc scolaire livré dans les délais comme promis par les autorités», nous expliquera notre interlocuteur. Et de poursuivre: «Nous avons décidé de retenir nos enfants à la maison en guise de contestation, parce que le nouveau bloc scolaire n'est pas fonctionnel". A entendre les parents qui ont intervenu à ce sujet, les classes ne sont pas nettoyées, les toilettes ne sont pas raccordées à l’eau, et l'ancien mobilier n'a pas été remplacé. «Si nous acceptons que nos enfants commencent la nouvelle année scolaire dans ces conditions, les autorités ne feront rien par la suite. Donc, il vaut mieux prendre toutes les précautions nécessaires avant que d'autres actions ne soient menées à l'avenir pour réclamer telle ou telle commodité. Le bricolage doit être banni parce que c'est celui qui est à l'origine de situations malheureuses. Il ne faut pas oublier que la catastrophe a été évitée de justesse, lorsque les plaques en préfabriqué sont parties en fumée», souligne un autre intervenant. En tout cas, les parents ont décidé de fermer l'école jusqu'au jour où tous les manques seront comblés. «Nos enfants resteront chez eux le temps qu'il faudra, au lieu de les autoriser à travailler dans des salles manquant de tout», conclut l'un d'eux. C'est dire que des années passent et que certaines constructions scolaires sont livrées avec beaucoup de retard, quand ont apprend que ce nouveau groupe scolaire a été lancé depuis près de cinq ans : 7 salles de cours et un bureau pour le directeur.

A. O.

0