Par DDK | 13 Septembre 2018 | 682 lecture(s)

Tafoughalt

La piste d'Iderouazène attend son bitumage

La piste reliant Ikharvène à Iderouazène semble oubliée par les autorités locales.

Le réseau routier de Tafoughalt, un gros village de la commune d'Ait Yahia Moussa, notamment les chemins et les pistes qui mènent aux hameaux et quartiers importants, a été amélioré ces dernières années. Les pistes importantes vers Ath Abdallah, Ath Ouméziane ou encore Iâzavène ont été bitumées en tapis. Cependant, «Au départ, nous nous sommes entendus avec les responsables locaux et la direction des travaux publics pour un total de 6000 mètres linéaires. Mais, seule la piste vers Ath Abdallah a été prise en charge pour environ 3500 mètres linéaires. Nous avions pourtant évoqué la piste vers Iderouazène jusqu'à l'aire de jeux d'Agouni Aissa. Par ailleurs, de nombreux citoyens construisent de ce côté oublié», nous confiera un ex membre du comité Tadukli. Les habitants de ce hameau comptent d’ailleurs saisir les autorités à ce sujet. «Nous sommes les seuls pour qui la piste n'est ni aménagée ni bitumée. Nous interpellons les responsables locaux à ce sujet», dira, justement, l'un de ces habitants. D'autres ajouteront que si les moyens ne suffisent pas pour la bitumer, il faudra au moins la bétonner comme ce fut le cas des pistes vers Ihmitouchène et Vouziri. «L'extension du village se fait de ce côté. Nombreux sont les citoyens qui bénéficient de l'aide à l'habitat rural et projettent de construire à Iderouazène et dans tout le périmètre voisin», soulignera un autre habitant. Cela dit, il est attendu que cette piste soit prise en charge dans les prochains PCD. Par ailleurs, avec l'arrivée des premières pluies automnales, le chemin communal qui relie le village à la RN 25 devient impraticable à certains endroits. «Quand le réseau de gaz a été réalisé, l'entreprise n'a pas remis en l'état les lieux touchés par les travaux et a même laissé des gravats et autres matériaux sur les accotements. Dernièrement, suite à un orage, la route a failli être coupée à la circulation», signalera un automobiliste. Effectivement, cette route est devenue très dangereuse à fréquenter et les usagers se disputent la partie praticable de la chaussée, s’exposant et mettant en danger les autres usagers. «C'est un chemin aux virages dangereux. Quand deux véhicules se croisent, l'un d'eux peut facilement chuter dans le ravin. Ce n'est pas du seul bitumage que cette route a besoin, mais aussi de quelques élargissements», enchaînera un transporteur de voyageurs assurant la ligne Tafoughalt- Draâ El-Mizan. Il soulignera au passage que cette route n'avait subi aucune rénovation et que son tracé est celui de la piste empruntée par les camions militaires de la France coloniale.

Amar Ouramdane

0