Par DDK | 8 Novembre 2018 | 992 lecture(s)

MAKOUDA - Au lendemain des intempéries

Volontariats tous azimuts aux villages

Les citoyens de plusieurs villages organisent des volontariats pour nettoyer les places publiques et désengorger les canalisations obstruées par la boue suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la wilaya, le week-end dernier.

À Tala Bouzrou, localité durement touchée par ce phénomène, les villageois sont spontanément sortis de chez eux hier, pour effectuer des travaux de réaménagement. Pour commencer, ils ont désengorgé les ponts et les canalisations bouchés. La même ambiance de solidarité prévaut dans plusieurs villages de Boudjima. Une commune sévèrement touchée aussi, principalement à cause du bâclage des travaux de réalisation des ouvrages d’évacuation des eaux pluviales. Cela dit, les citoyens de cette commune, comme ceux d’autres, ne se sont pas trop attardés sur cette défaillance, puisque l’urgence était de réparer les dégâts engendrés par les intempéries. À Afir, Ichetouanen, Tikatine et Agouni Oufekous, les volontariats étaient aussi «spontanés» qu’à Makouda. A signaler que si les populations se sont affairées à effectuer ces travaux au lendemain des inondations, c’est parce que les services municipaux, auxquels incombent ces tâches, étaient débordés. Le matériel roulant la commune ne pouvait, en effet, être partout à la fois. Dispatchés selon les urgences, les comités de village ont jugé bon de s’impliquer parce qu’un tel scénario ne manquera pas de se rééditer en cette saison humide, si des mesures préventives ne sont pas prises d’avance. Ouvrir les voies pour les eaux pluviales est primordial. Une chose qu’avait bien comprise depuis des siècles les kabyles anciens, qui organisaient des volontariats à chaque fin de l’été, afin de se préparer pour la saison des pluies. La tradition s’est perpétuée jusqu’aux années 80. Mais l’arrivée des moyens des collectivités locales avait fait disparaître petit à petit ce vieux réflexe. Seulement, il est ressuscité à chaque fois que le besoin se fait sentir, comme c’est le cas c’est jours-ci. En effet, les moyens des services de la voirie des communes ne sont pas suffisants, d’où le recours au volontariat pour prêter main-forte aux autorités dans ce genre d’opérations d’intérêt général qui nécessitent la mobilisation de tous. Preuve en est, plusieurs appels de ce genre sont lancés dans d’autres villages à Mizrana et à Tigzirt, pour le week-end prochain.
Akli N.

0