Par DDK | 8 Novembre 2018 | 817 lecture(s)

Aït Yahia

Fin de la grève à la mairie

Fermée suite à la grève des fonctionnaires, la mairie d’Aït Yahia a rouvert ses portes lundi dernier, au grand soulagement des citoyens privés de ses services pendant plus d’une semaine. Selon nos sources, le non versement des salaires du mois d’octobre, faute du vote du budget supplémentaire par certains élus, en est la principale cause. Il a fallu que la raison l’emporte et que des promesses de les régulariser leur soient faites, pour que les fonctionnaires acceptent de regagner leurs postes de travail. On nous apprend que les versements seront effectués dès l’approbation du BS, lors de l’assemblée générale qui se déroulera le 10 novembre. La dernière assemblée générale programmée pour le trois novembre dernier pour l’adoption du BS n’a pas pu avoir lieu faute de quorum (7 élus présents sur 15). Elle est de ce fait reportée d’«une semaine conformément à l’article 23 du code communal», informe une source proche de l’APC. Comme rapporté dans une de nos précédentes éditions, l’APC d’Aït Yahia est bloquée depuis la fin du mois d’août. C’est lors de l’assemblée du 26 août 2018, convoquée pour l’adoption du BS (budget supplémentaire), que le problème avait surgi en présence des comités de village, invités à assister à cette rencontre. À l’époque, un élu, membre de l’exécutif, avait déclaré que «même l’ordre du jour n’a pas été approuvé». Le vote s’est donc soldé par huit (3 FLN + 5 FFS) voix contre sept (5 RCD+ 2 RND). Il y a quelques jours, les élus du FLN et du FFS ont décidé d’expliquer leur position à l’opinion publique, via des déclarations. La commune d’Aït Yahia a-t-elle fini de manger son pain noir ? La population l’espère, elle qui attend un décollage de sa commune qui n’arrive pas à prendre son essor. La fermeture de la mairie d’Aït Yahia devient habituelle, voire banale, ces derniers temps. Périodiquement, des citoyens arrivent et verrouillent la porte avec une chaîne et un cadenas. Sur place, les usagers rebroussent chemin dès leur arrivée devant le portail d’entrée. «Elle est encore fermée. Nous n’y pouvons rien. De toutes façons, elle ne sert à rien, autant la brûler», affirmait l’un d’eux. Les portes de la mairie d’Aït Yahia ont été fermées à plusieurs reprises par des villageois demandant plus d’eau, le raccordement de leurs foyers au réseau du gaz naturel et autres. De nombreux désagréments sont créés à la population des quarante-huit villages qui en dépendent. «Il est temps pour que les élus, toutes tendances confondues, œuvrent la main dans la main pour le même objectif : celui pour lequel la population leur a accordé sa confiance», estime-t-on.
A. O. T.

0