Par A. O. T. | 30 Juillet 2010 | 4025 lecture(s)

Aïn El Hammam : Aourir, un exemple de solidarité

Nous assistons depuis quelques années au retour de certaines traditions qu’on croyait perdues dans nos contrées.
Comme pour marquer leur identité, les villageois saisissent le moindre prétexte pour revivre comme leurs aïeux, l’ambiance ancestrale qui caractérisait nos hameaux.
La solidarité, l’entraide demeurent des qualités que le temps n’a guère entamées. Des qualités qui refont surface, par réflexe, dès lors qu’il s’agit de défendre l’honneur, la fierté du hameau.
L’inauguration du foyer de jeunes d’Aourir Ath Mengueleth nous a donné l’opportunité d’apprécier la solidarité dont ont fait preuve les villageois, lors de cette manifestation à laquelle étaient conviés tous les villages du arch. Grâce aux dons en denrées alimentaires de toute sortes, le village a vécu une fête à nulle autre pareille. Un bœuf, des moutons, des gâteaux de pâtisseries, de la limonade et autres, ont été distribués, à volonté à tous les convives.
Le sacrifice rappelle au bon souvenir des anciens la traditionnelle "thimechret" dont la dernière en date, est si loin que les jeunes actuels n’en savent que ce que leurs aînés leur en disent. Les gestes de solidarité ne se sont pas limités au festin auquel toute la communauté a fait honneur.
D’autres bienfaiteurs se sont illustrés par des dons en matériel et en argent.
Grâce à eux, la nouvelle structure est d’ores et déjà dotée de livres de micro-ordinateurs, de tables et de chaises, en attendant que d’autres promesses se concrétisent. Au moment où, faute d’équipement, des foyers de jeunes, "hibernent", aux quatre coins de la wilaya, celui d’Aourir, s’apprête à rompre avec le désert culturel dans lequel il a été plongé depuis toujours. Un exemple de compter sur soi, à méditer.

A. O. T.

0