Raffour

Aménagement d'un terrain de pétanque

DDK 12-09-2018 647

Plusieurs dizaines de jeunes de la localité de Raffour, relevant de la commune de M’chedallah, ont aménagé la semaine dernière un terrain de pétanque, premier en son genre dans la région non loin de l’Oued Sahel. En plus de lancer ce sport méconnu dans la localité, ces jeunes, qui comptent parmi eux plusieurs adhérents membres de la ligue de wilaya de la pétanque, font barrage aux défricheurs qui s’attaquent au lit d'Assif N'sahel. En effet, certains individus exploitent aussi bien le lit que les berges, pour lancer des opérations agricoles comme la plantation d'oliviers ou la semence de céréales. En plus de réaliser ce terrain de pétanque selon les normes, ces jeunes bénévoles qui ne sont pas à leur première action d'utilité publique, ont procédé à la plantation de dizaine d'arbres autour de l'ouvrage en question tels que des sapins, des pins d'Alep, des mimosas entre autres. Chacun des plants a été entouré d'un grillage pour le protéger du cheptel ruminant lâché en ces lieux. Ces jeunes rencontrés sur les lieux affirment que les défricheurs ont été avertis un par un, afin de ne plus s'approcher des lieux ni de toucher à leur ouvrage. Nos interlocuteurs s'étonnent du fait que le projet de création de zones d'activités (ZAC) en bordure d'Assif N'Sahel aient fait objet d'oppositions des services de l'hydraulique prétextant un piétinement sur la zone inondable telles que celles de Chorfa et de M'Chedallah. «Pourtant l’administration ferme les yeux sur ces défricheurs qui s'attaquent au tissu végétal des berges et du lit de l’oued qui sert de consolidation naturelle du sol et réduit l'érosion des crues de ce cours d'eau», s’indigne-t-on. Rappelons que ces mêmes jeunes bénévoles ont empêché il y a trois ans de cela, un autre investisseur qui avait commencé par délimiter par la pose de pieux, une importante surface en plein milieu de l’oued dans l'intention d'y installer une unité économique. L'agression du lit de l'oued en ces lieux aurait sans doute provoqué une catastrophe tant sur le proche pont de la RN15 qui enjambe ce ruisseau, que sur les vergers et habitations d'Aharrach situés en amont. La mise en échec des agressions sur ces deux cours d'eau est une honorable et louable action à inscrire à l'actif de ces jeunes qui font preuve d'une admirable conscience et de civisme.

Oulaid Soualah

AUSSI DANS NOS ÉDITIONS...

Plus de Bouira