Frikat

Effectifs pléthoriques dans les écoles du chef-lieu

DDK 09-09-2018 942

Si dans les écoles rurales, les effectifs sont très réduits à telle enseigne que certaines ne fonctionnent qu’avec une cinquantaine d’élèves, ce n’est pas le cas des établissements du chef-lieu, que sont les écoles des frères Benakli et Essaid Titouche. En effet, dans ces deux établissements, on se rapproche des 400 élèves chacun, et les classes sont surchargées. «Nous avons des divisions de près de 40 élèves chacune. Les classes du préscolaire dépassent les 25 élèves qui est pourtant la norme. C’est vraiment difficile à gérer quand vous avez seize enseignants et une cantine», nous a déclaré dernièrement l’ex directeur de l’une de ces deux écoles. Pour en savoir plus, nous avons approché les adjoints au maire. «La rentrée s’est déroulée dans de très bonnes conditions. Nous avons tout mis en place. Même les trousseaux scolaires sont prêts, nous n’attendons que le quota de la direction de l’action sociale pour les remettre aux directeurs des écoles. Nous pensons que nous allons satisfaire presque la totalité des élèves», nous répondra l’un d’eux. Interrogé sur ce qui est préconisé pour réduire les effectifs dans les écoles du chef-lieu, un autre adjoint au maire répondra : «Depuis que des logements sociaux et RHP ont été occupés par de nombreuses familles venant des zones rurales, les chiffres ont augmenté. Ils sont appelés à augmenter davantage si les autres projets, 200 autres logements environ, viendraient à s’achever. Dès notre installation à la tête de cette APC, nous avons réfléchi à ce problème. Nous comptons demander l’inscription de deux blocs scolaires, respectivement du côté du domaine Amirouche et une autre du côté de Bou-Ighzer. Actuellement, certains élèves font jusqu’à six kilomètres en aller et retour». Ces deux blocs urgent dans cette commune en pleine expansion. Par ailleurs, nous avons appris que le lycée sera en principe opérationnel au plus tard le premier octobre. «Il va ouvrir ses portes. Certains professeurs ont déjà reçu leurs affectations», nous expliquera un autre adjoint. Selon nos informations, dans un premier temps, ce sont les élèves de 1°AS et 2°AS des lycées de Draâ El-Mizan qui y seront affectés. En outre, même les élèves de la commune voisine de Bounouh seront inscrits dans ce lycée. Ce sera un soulagement aussi bien pour les lycéens que pour leurs parents, quand on sait que certains d’entre eux font près de 40 kilomètres par jour pour rejoindre le chef-lieu de daïra.

Amar Ouramdane

AUSSI DANS NOS ÉDITIONS...

Plus de Tizi Ouzou