Brèves de Draâ Ben Khedda

DDK 21-11-2018 755

Une seule employée pour la poste de Touares

Les citoyens de la localité de Draâ Ben Khedda et de ses environs, comme d’Ait Arif, Tirmitine, Zerrouda, El Bir… désireux de faire leurs retraits d’argent et autres d’Algérie poste, sont soumis à de longues attentes au niveau de la deuxième agence postale de la ville de Draâ Ben-Khedda, implantée au quartier «Touares», plus exactement à l’immeuble AADL qui ne fonctionne qu’avec une seule employée. Pourtant, celle-ci a été conçue dans des normes, dans un confort et dans des commodités tout indiqués pour qu’elle puisse assurer sa vocation dans les meilleures conditions. Spacieuse à souhait, avec un espace dédié à l’accueil et l’orientation, des bancs confortables, un grand écran T.V pour véhiculer les informations nécessaires aux clients… cette agence sur laquelle se rabattent beaucoup de citoyens ne peut satisfaire, malheureusement, la demande qui est sienne actuellement à cause de ce manque de personnel, constitué du chef d’agence et d’une seule préposée au service. Cela engendre de longues attentes aux usagers qui sont quotidiennement très nombreux à y affluer. Ceci au moment où, à en juger par la configuration des guichets, le nombre de postes prévu pour cette agence peut être de 9 neufs fonctionnaires. Cela faciliterait grandement la tache à cette pauvre guichetière tout le temps harcelée et submergée et aux citoyens soumis à de longues attentes. Quand on constate tout ce luxe et l’enveloppe financière investie pour la réalisation de cette agence postale, l’on ne peut que s’étonner que les responsables ne mettent pas quelques agents supplémentaires pour une meilleure prestation, ce qui ne ferait que rehausser l’image de marque de l’entreprise. Un citoyen, rencontré sur les lieux aux environs de 11h du matin, nous dira à propos de cette agence justement : «La commune de Draa Ben Khedda renferme une population de quelques 45 000 âmes et la poste centrale de la ville ne peut à elle seule satisfaire toute la demande, notamment en certaines périodes du mois. Cette agence peut constituer un palliatif pour désengorger beaucoup celle du centre-ville et moins pénaliser cette pauvre employée qui se démène comme elle peut, et aussi les citoyens qui attendent des fois des heures pour un simple retrait. Voyez ! Je suis là depuis 2 heures et mon tour n’est pas encore venu».

La connexion internet au ralenti

Depuis presque un mois, la connexion internet est devenue une véritable corvée pour les internautes de la ville de Draâa Ben Khedda. Lenteurs et sempiternelles coupures sont le lot quotidien des usagers de cette commodité plus qu’indispensable de nos jours. «Cela devient très pénalisant pour nous. Malgré que nous sommes un grand centre urbain, notre connexion est parfois moins performante que les régions retirées», dira le propriétaire d’un cyber café de la ville. «Pour inscrire les données sur le site du ministère, comme il nous l’a été exigé ces derniers temps par notre tutelle, je souffre le martyr. Des fois je suis obligé de terminer le travail chez moi à une heure tardive de la nuit pour m’en sortir. Car, pendant la journée au niveau de mon bureau, la connexion est très faible et je n’arrive même pas à accéder sur la plate forme voulue», fait savoir aussi une fonctionnaire de la formation professionnelle. Selon nos renseignements, cela est dû en grande partie à la saturation du réseau qui devrait revenir à la normal dès cette semaine.

Rabah A.

AUSSI DANS NOS ÉDITIONS...

Plus de Tizi Ouzou