Par DDK | 10 Juillet 2016 | 1503 lecture(s)

Thenia La forte mobilisation des habitants de la ville a évité des drames

Un incendie ravage le douar d'Ouled Salah

L'agglomération rurale d'Ouled Salah, située à deux kms au Sud-ouest de Thénia, a été, dans la soirée d'avant-hier, le théâtre d'un violent incendie.

D’ailleurs, pas moins de sept personnes ont été blessées et de nombreux moutons et vaches ont péri. Ce feu gigantesque, ayant surtout ravagé de grandes surfaces de plantations d'oliviers et d'arbres fruitiers, a-t-on indiqué, a suscité une grande panique au sein des familles du hameau précité. “C'est par miracle que j'ai pu extirper ma petite famille, avant que les flammes n'envahissent ma maison», a témoigné, hier, un des habitants du douar, encore sous le choc. De ma maison de campagne, il ne reste que la boiserie”, a-t-il ajouté, en tenant à remercier les citoyens de Thenia, qui sont intervenus, en grand nombre, pour leur prêter assistance. Une partie du cheptel d'au moins quatre autres familles avait également péri sous les flammes, cette nuit là, en plus des pertes agricoles, dont l'estimation n'est pas encore été effectuée par les services concernés. La chaleur était insupportable en ville, lors de la soirée d'avant-hier, à cause de l'incendie en question. Mais les citoyens, prenant conscience de leur devoir en pareille circonstance, avaient refusé de rester à l'intérieur de leurs domiciles climatisés, pendant que leurs compatriotes étaient en danger de mort. «Ils sont venus chez nous à pied et en voiture, et de nombreux chauffeurs de taxis avaient transporté des secouristes volontaires, dès le déclenchement de l'incendie, bien avant l'arrivée des voitures de la Protection civile locale, avec un important renfort des éléments de l’unité d'entrainement de Dar El-Beida. Les brigades de cette structure étatique de sauvetage s'étaient notamment redéployées, près du site de chalets avoisinant de Hai-Louz, entre Thenia et Tidjelabine, où elles empêchèrent le feu d'atteindre les différents blocs de logis en préfabriqué. Pas moins de six camions anti-incendie et deux ambulances ont été, alors, utilisés lors de cette opération. Mais à vrai dire, on ne faisait que limiter les dégâts et le nombre des victimes. D'autant que le feu s’est rapidement propagé à cet endroit proche d'un tronçon de route à cause du vent très fort qui soufflait, cette nuit-là entre 21h et 23 h. Les sauveteurs civils avaient rassemblé ces familles sinistrées, non loin d'un siège de postes et de télécommunications, jouxtant un barrage de la police judiciaire, en attendant leur éventuel hébergement chez des proches ou amis. Les personnes blessées, vite évacuées vers l'hôpital de la ville, auraient toutes reçu des soins appropriées, a-t-on assuré hier en début d'après-midi. On attend que l’enquête, ouverte par les instances concernées, détermine les causes et circonstances de cet incendie ravageur, ayant pris feu d'abord au piémont du lieu-dit Mehrane, avant de s'étendre vers d'autres zones d'habitation environnantes. Crainte de mort absurde de personnes humaines, ravage des maisons et des plantations, fumée insupportable et augmentation de la canicule durant plusieurs heures, sur un rayon de plus d'une dizaines de kilomètres, à partir du point de départ de l'incendie, telles sont les images de cette nuit cauchemardesque.

Salim Haddou

0