Par DDK | 11 Janvier 2017 | 1252 lecture(s)

Nouvel an berbère

Cherifi a lancé hier les festivités à Bouira

Le coup d’envoi des activités officielles pour la célébration du nouvel an amazigh (Yennayer) a été donné, hier, par le wali de Bouira, M. Mouloud Cherifi, au niveau de la Maison de la culture Ali Zaâmoum.

Ce fut en présence des élus de l’APW et des responsables locaux. Ainsi, pour le lancement des activités, un colloque national sur l’étude des valeurs civilisationnelles du patrimoine national amazigh a été organisé par la direction des affaires religieuses de la wilaya. Cette rencontre qui s’est tenue au niveau de la Maison de culture de Bouira, a regroupé de nombreux linguistes, historiens et chercheurs issus de plusieurs universités du pays. Aussi, plusieurs thématiques pour des conférences ont été retenus, notamment le patrimoine oral amazigh, l’aspect national du patrimoine amazigh, l’art d’Izlwan et son rôle dans la société mozabite, les valeurs sociales du patrimoine amazigh. Lors d’une brève intervention à l’issu des débuts des travaux de ce colloque, le wali de Bouira, M. Mouloud Cherifi, a insisté sur le maintien et la promotion du patrimoine commun amazigh de l’Algérie, en affirmant qu’il s’agit «d’une valeur d’union et de communion du peuple algérien», particulièrement durant cette période de crise et d’instabilité régionale. «Notre patrimoine a toujours été un ciment pour unifier et pour le progrès de notre pays. De son histoire à son présent, le peuple algérien a toujours su préserver, développer et transmettre ce patrimoine. Yennayer s’est ancré dans nos valeurs sociales, et c’est grâce à ces mêmes valeurs que nous avions pu dépasser bien des étapes dangereuses et délicates. C’est pour cela qu’on insiste désormais sur sa restitution, plus particulièrement durant cette période où l’Algérie et les algériens ont besoin de tous les termes de noblesse, de fraternité et de solidarité», a-t-il souligné. À noter que cette rencontre s’est tenue en présence d’invités de marque, à l’image du théologien de l’Islam, Tahar Ait-Aljat, de l’ex-ministre des Affaires religieuses, le docteur Said Chibane, ainsi que le cheikh Mohammed-Saleh Sedik. Les trois intervenants ont été, d’ailleurs, honorés par le wali de Bouira, pour leurs nombreuses contributions et recherches dans les sciences religieuses et le patrimoine amazigh algérien.

Oussama Khitouche

0