Par DDK | 16 Février 2017 | 883 lecture(s)

Boudouaou Le wali Madani Fouatih en visite

Au chevet des projets en souffrance

«Cette nouvelle ville est évidemment utile et très importante, mais je ne vois, là, aucun chantier de construction d'infrastructures scolaires». Cette observation a été faite, avant-hier, par le wali M. Madani Fouatih.

Il s’adressait aux responsables de la direction concernée, dès son arrivée dans l'agglomération de Ben Merzouga relevant de la commune de Boudouaou. «Peut-on procéder au recasement des familles dans ce pôle urbanistique de 2 200 logements sociaux locatifs en voie d'achèvement, alors que les bénéficiaires auraient besoin d'au moins deux écoles primaires et un collège ?», s'emportera-t-il, en rappelant sa volonté d'éradiquer les chalets et d'en finir avec l'habitat précaire à Boumerdès, au plus tard à la fin décembre 2017. Et avant de quitter ce site, il a instruit les chargés de ce projet, dont l'un de nationalité chinoise, d'accélérer la cadence des travaux des VRD pour livrer tout au moins un premier quota dans un délai raisonnable. La même instruction a été réitérée juste après aux responsables d'un projet de 300 logements, réalisé dans le cadre de la prise en charge de dizaines d'autres cas sociaux, au niveau du douar voisin de Benyamina. Par la suite, le wali se rendra à l'ancienne usine de briqueterie sise en ville. Celle-ci ambitionne, selon son propriétaire M. Belhadi, de «dépasser la quantité annuelle de 50 000 tonnes de différents matériaux de construction». Et le wali promettra de soutenir son projet, d'autant que ladite entité économique a créé des dizaines d'emplois en plus de son utilité indubitable dans le domaine du développement urbanistique. M. Madani Fouatih, accompagné dans sa visite d'autres responsables locaux, se félicitera également de la gestion d'une unité privée de polyester, sise au lieu-dit Ben Turkia. D'autant que cette manufacture, appartenant à l’investisseur El Hadj El Hadi, produit un matériel répondant à 100% aux normes de la préservation de l’écosystème, en plus des postes d'emploi qu'elle génère et sa participation au développement économique local. S'ensuivra la visite d'une autre usine de production de lait et dérivés (COPROLAIT), où il promettra encore de soutenir et d'encourager son gérant. Au niveau de Ben Adjel, le wali Madani Fouatih s'offusquera du flagrant retard des travaux de réalisation d'un hôpital psychiatrique. «Ce projet d'utilité publique a été inscrit en 2006 et il est très loin encore d’être réalisé», s’irritera-t-il en critiquant, de surcroît, la qualité des travaux. Le commis de l'État a, aussi, lors de cette tournée, baptisé des édifices publics du nom de chouhada de la commune et a contrôlé le service biométrique au niveau de la mairie.

Salim Haddou.

0