Par DDK | 20 Mars 2017 | 443 lecture(s)

Coopération algéro-italienne

Formation au profit des enseignants de langue italienne

La ministre de l’éducation nationale, Mme Nouria Benghabrit, a procédé, hier matin, au lancement d’un programme de formation au profit de 90 enseignants de langue italienne, dans le cadre de la coopération algéro-italienne dans le domaine de l’éducation. «Cette formation permettra l’amélioration des compétences linguistiques et communicatives des enseignants de la langue italienne», a expliqué la première responsable du secteur, lors d’une conférence de presse tenue hier au lycée des mathématiques à Alger. La ministre a par ailleurs indiqué que, depuis 2013, le nombre d’élèves étudiant la langue italienne a triplé. Leur nombre est passé de 4 000 à 11 000 élèves. Le nombre des enseignants, poursuit la même source, est passé de 108 en 2013, à 149 enseignants, répartis à travers 204 lycées dans 28 wilayas du pays. «L’intérêt enregistré pour la langue italienne est l’une des raisons pour lesquelles la tutelle a organisé des sessions encadrées par des experts italiens et un des membres du Comité national pour la préparation des programmes», a souligné Mme Nouria Benghabrit. «Cette formation concernera, dans une première étape, 90 enseignants. Ce nombre doublera dans les prochains mois au niveau local et régional», a affirmé la ministre. En outre, Mme Benghabrit entend intensifier la coopération avec des partenaires italiens, dans le but de bénéficier de l'expérience italienne dans différents domaines de l'éducation, en particulier dans le domaine de l'éducation intégrée. La première session de cette formation, lancée hier et qui s’étalera jusqu’au 23 mars prochain, vise, dira la ministre, à améliorer la compétence linguistique communicative des enseignants. Deux sessions supplémentaires auront lieu au mois de mai, pour assurer un suivi efficace des professeurs en termes de maîtrise de cette langue. Abordant le sujet des écoles coraniques, la ministre a pointé du doigt les médias leur reprochant d’avoir dramatisé la question : «L’idée de faire des écoles coraniques des classes préparatoires n’est qu’une étude qui n’a pas dépassé le stade de discussions entre les deux ministères concernés», a-t-elle expliqué. La ministre précisera : «L'objectif de la proposition est de préparer les enfants pionniers des écoles coraniques à leur première année primaire, grâce à des programmes tracés par le ministère de l’Education nationale, afin de leur assurer une éducation de qualité». Sur un autre volet, la ministre a fait savoir qu’elle recevait les représentants des syndicats autonomes chaque semaine, pour débattre de toutes les préoccupations soulevées par eux. Par ailleurs, la ministre a déploré le fait que 70% des classes aient été désertées durant le deuxième trimestre. Parmi les solutions qui seront adoptées par la tutelle, la ministre cite l’organisation d’opérations de sensibilisation au profit des enseignants et des élèves sur l’importance de leur présence, afin de mettre fin à ce phénomène qui prend des proportions alarmantes.

L.O.Challal

0