Par DDK | 19 Juin 2017 | 970 lecture(s)

Iboudrarène Retour sur la Fête de la cerise d’Aït Allaoua

Belle production cette saison

Le wali de Tizi-Ouzou, M. Bouderbali Mohamed, a donné, vendredi, le coup d’envoi de la 8ème édition de la Fête de la cerise des Aït Allaoua. S’étant étalée comme d’habitude sur deux jours, la manifestation a été clôturée le lendemain samedi.

Cette édition est organisée au centre du village, relevant de la commune Iboudrarène, en collaboration avec les autorités locales et l’association de l’environnement. Le wali et la délégation qui l’accompagnait dont le chef de Daïra d’Ath Yenni et d’autres élus locaux, entre autres ont été accueillis par le P/APC d’Iboudrarène et le comité de village d’Aït Allaoua pour le lancement officiel de la fête, qui se tiendra pendant deux jours en dépit de la chaleur et du ramadhan. Dans son intervention, le wali dira : « (…) Il faut valoriser la production et Ait Allaoua a des potentialités pour le faire. La cerise est un atout pour le village». L’autorité locale et le comité de village ont exposé au premier magistrat de la wilaya les nombreuses préoccupations des villageois. En premier lieu, le problème des routes et du gaz qu’ils placent en priorité majeure et pour lesquelles le wali a donné son accord. «Des difficultés de paiements des entreprises ont surgi mais le gaz sera mis graduellement en service avant le prochain hiver», plaidera t-il. L’ouverture d’une piste (déjà faite) sur 2,8 km nécessite une prise en charge pour la transformer en accès, et le wali a demandé «une fiche technique». Le wali rappellera que «des efforts ont été faits par l’Etat et ils se poursuivront en 2018 pour cette localité. En PCD, la commune a reçu une enveloppe de 2,8 milliards de centimes». Le représentant du comité de village, M. Aït Allaoua Nourdine a attiré l’attention du wali sur les dégâts causés par le singe magot, qui arrive jusqu’au village. La production de la cerise de cette année est de 35 Q par hectare. La superficie des plantations de cerises est d’environ 12 hectares. Il y a entre 150 et 180 plants par hectare. Contacté, le maire d’Iboudrarène, M. Lekhal Abdeslam se dit «satisfait, non seulement de la visite mais aussi des engagements pris par le wali de faire sortir le village de l’anonymat et de redonner espoir aux habitants». Pour le maire, les «objectifs de cette fête sont nombreux mais ils sont d’abord socio-économiques comme la valorisation de l’agriculture et du tourisme de montagne. «Nous comptons nous organiser en coopératives avec la création de confiseries à base de cerises au village, afin d’absorber le chômage qui sévit dans notre village». Pour le maire, les décisions du wali «seront concrétisées. Nous avons confiance. Nous espérons aussi que nos revendications seront satisfaites». Quant aux prix affichés, ils sont variables. Selon la qualité du produit, les prix sont arrêtés entre 250 DA et 400 DA. Durant ces deux jours, ce fruit qu’est la cerise a été exposé et vendu sous trois sortes : le gros noir qui s’est vendu à raison de 400 DA le kilo, le dur (aquran) à 300 DA et le Bigaro (afexfax) à 250 DA le kilo. A signaler enfin que si pour cette année, le fruit a été épargné par l’absence de chute de grêle, ou encore le capnode un parasite nuisible à la cerise, il y’a lieu de retenir selon justement les producteurs et le président de cette association, que le gout de la cerise de cette année n’est pas comme celui des année précédente, du fait que la production est tellement abondante sur les arbres qu’une partie n’a pas été exposé au soleil, ce qui ne lui a pas permis de murir. Doit-on rappeler enfin que que cette année le village Aït Allaoua « a bénéficié de 1500 greffes de cerisier, et des promesses nous ont été faites, pour avoir plus de greffes les années à venir,» dira le président de l’association. En termes d’activités lors de cette manifestation, en plus de la vente du fruit, plusieurs actions ont eu lieu. Au centre de soins de la localité, il y’avait un producteur de lapins avec son clapier, venu exposer et vendre. Plusieurs expositions ventes étaient également au menu de cette 8ème édition de la Fête des cerises, proposant entre autres des bijoux et des poteries ainsi que des poètes ont également pu dédicacer et vendre leurs œuvres.

M. A. Tadjer et M. Boudinar

0