Par DDK | 17 Juillet 2017 | 1980 lecture(s)

Communaux Appel à une grève nationale de dix jours

Nouveau débrayage dès demain

La fédération nationale du secteur des communes ne compte pas lâcher du lest. En effet, elle appelle à un autre débrayage de 10 jours, à partir de demain.

Le torchon brûle toujours entre le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales et les communaux qui se disent déterminés à aller jusqu’au bout de leurs revendications. Ils ont décidé de passer à l’action encore une autre fois pour se faire entendre. «Face à la non-prise en charge de nos revendications, nous avons décidé d’observer une grève nationale de 10 jours, du 18 au 27 juillet», a fait savoir, hier, Nacer Amine, membre du conseil national de ladite organisation syndicale, affiliée au syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP). Ce mouvement de grève sera ponctué par un rassemblement qui aura lieu, le dernier jour de ce débrayage, devant le siège de la wilaya de Tizi-Ouzou. L’interlocuteur a dénoncé le silence de la tutelle, qui «refuse toujours d’ouvrir les portes du dialogue avec notre syndicat et ce, en dépit de l’organisation de plusieurs mouvement de protestation». Le syndicat dénonce, également, la dégradation du pouvoir d’achat de cette tranche de travailleurs, notamment suite à l’augmentation des prix de plusieurs produits. Face à cet état de fait, le même responsable a indiqué que son organisation syndicale compte interpeller le Premier ministre, «afin qu’il intervienne et mette un terme aux doléances des communaux», a-t-il dit. La plate-forme des grévistes s’articule autour de plusieurs points. Il s’agit de la refonte du statut général de la fonction publique et des statuts particuliers de tous les corps des communes, l’intégration des contractuels et l’élargissement de la prime de souveraineté au secteur des communes. Ils demandent, également, la révision des primes en vue d’une augmentation à 20 000 DA de l’allocation familiale, et de l’indemnité de la femme au foyer à 8 000 DA, et l’application de l’indemnité des agents de l’état civil à compter du 1er janvier 2008.

Samira Saïdj

0