Par DDK | 14 Septembre 2017 | 1986 lecture(s)

Béjaïa Manque d’encadrement administratif

Les directeurs de lycées protestent devant l'académie

Des dizaines de directeurs d’établissements scolaires du palier secondaire de la wilaya de Béjaïa sont montés, dernièrement, au créneau pour dénoncer la dégradation de leurs conditions socioprofessionnelles et le silence de la tutelle quant à leurs doléances. Ces proviseurs de lycées ont organisé, avant-hier, un rassemblement de protestation devant le siège de l’éducation de la wilaya pour exiger des responsables locaux du secteur éducatif une intervention concrète afin d’apporter des réponses adéquates à leurs revendications. En tête de ces doléances, ces protestataires citent un manque flagrant dans l’encadrement administratif, le mépris affiché à leur égard par la famille éducative et leur marginalisation. « Nous souffrons d’un manque énorme en matière d’encadrement administratif au niveau des établissements scolaires du secondaire. Le directeur est obligé d’assumer plusieurs fonctions à la fois. Aussi, nous travaillons sous une pression terrible exercée sur nous par la tutelle, qui ignore nos doléances. À cela s’ajoute le mépris affiché à notre égard. Il y a des collègues qui ont été agressés et violentés », s’indigne un représentant de ces directeurs de lycées. Pour sa part, le directeur de l’éducation (DE) de Béjaïa a reconnu le manque d’encadrement tout en annonçant la prise de mesures nécessaires pour combler ce déficit. « C’est vrai, il y a un manque dans le staff administratif au niveau des lycées, mais ce problème va être réglé d’ici fin septembre. En effet, nous avons un concours de recrutement de 137 agents pédagogiques et de 309 autres ouvriers », a-t-il rassuré. En outre, le DE a ainsi nié toute volonté de marginaliser cette catégorie de fonctionnaires. « La fonction des directeurs est un prolongement du travail de la direction de l’éducation sur le terrain. Nous sommes tous au service de l’enseignant et de l’élève en vue d’améliorer les conditions de scolarité et élever le niveau des études dans notre wilaya. Aussi, je réitère que les portes de la direction de l’éducation sont ouvertes aux proviseurs pour écouter leurs doléances », a-t-il souligné.

Boualem S.

5.00