Par DDK | 7 Décembre 2017 | 627 lecture(s)

CHU de Tizi-Ouzou - Télémédecine

Une première avec l’EPH de Biskra

Une rencontre de concertation pluridisciplinaire (RCP) pour la prise en charge du cancer bronchique, par télémédecine, s’est déroulée avant-hier au CHU Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou.

Les médecins spécialistes de CHU, à leur tête le Pr Nekhla, chef de service chirurgie thoracique, ont ainsi assisté les médecins spécialistes de l’EPH de Biskra en procédant pour la première fois à une télémédecine. Le choix de l’EPH de Biskra qui s’est porté sur le CHU de Tizi-Ouzou n’est pas anodin car l’hôpital de Tizi-Ouzou pratique les télédiagnostics depuis mars 2016 dans le cadre notamment du jumelage avec les EPH de Sud, à savoir Tamanrasset, Illizi et Ghardaïa. Les praticiens de renom ont ainsi acquis une bonne expérience qui s’ajoute à leur maitrise et compétence reconnues par leur pair à travers tout le territoire national. à propos de l’opération, le Pr Nekhla dira : «C’est la première RCP avec Biskra par téléconférence, c’est le fruit de l’effort de M. Lounis qui a réussi à mettre en place un réseau composé des wilayas de Boumerdès, Bouira, Alger, M’sila, Bordj Bou-Arreridj et Jijel, avant de passer aujourd’hui à celle de Biskra». L’objectif de la télémédecine, selon le coordinateur de cette opération le Dr Zenaidi, est de combler le manque de moyens et de spécialistes dans certains EPH et permettre une intervention dans les plus brefs délais. La télémédecine permet en outre le suivi du malade, établir des diagnostics et prescrire des traitements, donner un accord de transfère pour une chirurgie le cas échéant. «Ce qui est profitable seulement aux malades puisque cette démarche n’est pas rentable pour le CHU qui au contraire dépense quelques 15 millions par mois pour la connexion», apprend-on du coordinateur de la télémédecine. Pour revenir à l’opération, les patients concernés sont au nombre de cinq adultes dont une femme de 70 ans. Dans un premier lieu, les spécialistes de l’EPH de Biskra ont d’abord présenté la première patiente, une femme de 70 ans diabétique et souffrant d’un cancer bronchique. Le Pr Nekhla commencera par demander à ses confrères de Biskra d’exposer le dossier du suivi de la patiente, notamment les clichés des radios et autres TDM. Vient après, l’étape de concertation entre les spécialistes afin d’établir un diagnostic et proposer les traitements adéquats. Ainsi, ces recommandations doivent être suivies par les médecins traitant au niveau de l’EPH de Biskra. «Pour l’année 2016, les cliniciens du CHU ont pu prendre en charge 3 patients pour la première télémédecine. Cette année, ils sont 70 à être pris en charge. L’équipe du CHU ambitionne de soigner 500 patients par télémédecine en 2018, selon la demande», expliquera Dr Zenaidi.

Kamela Haddoum.

0