Par DDK | 11 Janvier 2018 | 1948 lecture(s)

NABILA GOUMEZIANE, directrice de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou

«Yennayer cette année revêt un caractère historique»

La directrice de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, Mme Nabila Goumeziane, parle dans cet entretien de la symbolique de l’événement et du programme tracé pour l’occasion.

La Dépêche de Kabylie : La fête de Yennayer intervient cette année dans un contexte particulier…
Nabila Goumeziane : Yennayer cette année revêt un caractère historique après son officialisation par son Excellence le président de la République, qui l’a décrétée journée nationale chômée et payée. C'est l’identité algérienne qui est consolidée avec ses différents fondements, dont l’amazighité, et c’est un repère de l’histoire profonde de notre pays qui fait l’objet d’une grande reconnaissance et qui est mis en exergue. Pour la wilaya de Tizi-Ouzou, nous avons préparé une semaine culturelle amazighe consacrée à Yennayer, dont le coup d’envoi a été donné dimanche dernier à la Maison de la culture Mouloud Mammeri.

Tamazight a fait de grands pas. Comment sont concrétisés ses acquis dans la wilaya de Tizi-Ouzou, notamment dans votre secteur ?
Deux années après l’officialisation de la langue amazighe, des avancées considérables et appréciables ont été enregistrées, notamment en matière de promotion de la langue et de la culture amazighes. Néanmoins, beaucoup reste à faire, notamment sur le plan académique. Nous constatons qu'en matière de publication, un grand nombre d’ouvrages existent et un intérêt particulier est porté sur la recherche scientifique dans ce sens, son utilisation dans les différents médias et sur plusieurs supports, la généralisation de son enseignement et sa promotion par le biais de plusieurs actions culturelles et artistiques. Le travail doit continuer et en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

Aujourd’hui, quelle est la symbolique de la célébration de Yennayer ?
Pour la symbolique de Yennayer, je souhaite rappeler que nous avons voulu marquer le lancement de cette semaine par un séminaire national qui s’est attelé à débattre de la question de Yennayer, une histoire plusieurs fois millénaire, avec la participation d’imminents chercheurs, universitaires et une conférence inaugurale animée par le Pr Slimane Hachi qui est également directeur du CNRPAH. Ceci pour vous dire que notre direction met en exergue la portée historique et patrimoniale de ce jour, en rapport avec le calendrier agraire. Ceci aussi pour montrer que cette journée est consacrée journée nationale dans notre pays étant un dénominateur commun du peuple algérien sur les plans historique, anthropologique et culturel.

Des détails sur le programme des festivités ?
Pour Yennayer 2986, le programme tracé est diversifié. En effet, plusieurs expositions sont prévues, des ateliers, des démonstrations, un panorama de films amazighs, une semaine de théâtre d’expression amazighe, des spectacles artistiques, dont celui du 11 janvier (aujourd’hui ndlr), durant lequel nous avons voulu rendre hommage à l’ensemble des artistes, en particulier le grand artiste Djamel Allam à qui nous souhaitons un prompt rétablissement. Je rappelle que cette soirée qui marque «imensi n Yennayer» est organisée en collaboration avec la radio locale et l’APC de Tizi-Ouzou. À rappeler qu'un large programme est aussi assuré au niveau de l’ensemble des localités de la wilaya avec la participation active du mouvement associatif et comité de village que je remercie infiniment. Pour finir, cette semaine n’est que le début d’une série d’actions et de manifestations qui se dérouleront tout au long de cette année 2018, placée sous le signe de l’année de la célébration du patrimoine culturel amazigh comme l’a déclarée Monsieur le ministre de la culture Azeddine Mihoubi. Je souhaite à tous une excellente année. Assegas ameggas 2968. Talwit d lehna i ldzair sumata.

Propos recueillis par K. H.

0