Par DDK | 13 Février 2018 | 572 lecture(s)

Agriculture - Terres non-exploitées

«Plus de 250 000 ha récupérés»

Le directeur central chargé de l’organisation foncière au ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Hamid Hamdani, a fait état, hier à Alger, de la récupération de grandes surfaces de terres non exploitées.

«Aujourd’hui, nous sommes à une superficie de 250 000 hectares de terres non exploitées qui ont été récupérées, dont 150 000 hectares au titre de la concession et 100 000 hectares au titre de dispositifs d’accès à la propriété foncière», a affirmé M. Hamdani, lors de son intervention sur les ondes de la chaine III de la radio nationale. Il a par ailleurs fait savoir qu’une cellule de suivi de cette opération a été installée au niveau du ministère de l’Agriculture. «La récupération des terres est une disposition réglementaire. Il est temps de valoriser et d’optimiser notre potentiel agricole», a-t-il dit. Selon lui, cette mesure s’inscrit beaucoup plus dans une approche «dissuasive, destinée à pousser les bénéficiaires de terres agricoles à les travailler».Ces terres feront l’objet de distribution, a-t-il soutenu, «au profit d’investisseurs porteurs de projets structurants, à forte dimension économique», donnant comme exemple les céréales, le lait, l’élevage et l’arboriculture, autant de projets «créateurs d’emplois et valorisant les productions agricoles», argumentera-t-il. «Nous sommes devant des impératifs politiques et économiques, nous sommes tenus de diversifier notre économie», a-t-il expliqué. Ces projets, insistera-t-il, permettront de «valoriser le potentiel agricole, créer des postes d’emploi et faire substitution à l’importation». Le même responsable fera également savoir que sur 500 000 hectares de superficies agricoles, notamment localisés à Adrar, Timimoun, El Bayadh ou Ghardaïa, 200 000 ont déjà été mises en valeur par des investisseurs et 100 000 autres sont sur le point de l’être, incessamment. «L’exploitation des terres agricoles a une dimension économique, politique et sociale, c’est une question citoyenne», a-t-il dit. En ce qui concerne la régularisation des dossiers d’accès à la concession agricole, M. Hamdani dira : «Nous avons au niveau des commissions de wilayas, plus de 9 000 dossiers». Et d’ajouter : «Il y a eu la promulgation d’une circulaire interministérielle devant permettre de réexaminer ces dossiers, cas par cas. Vers la fin du premier semestre de l’année en cours, cette situation sera définitivement assainie».
Samira Saïdj

0