Par DDK | 13 Mars 2018 | 922 lecture(s)

BOUIRA - Cérémonie en l’honneur des gardes communaux

Le wali réitère l’engagement de l’état

Le wali de Bouira, M. Limani Mustapha, a rappelé, hier, en marge d’une cérémonie tenue au niveau du siège de la wilaya en l’honneur des anciens gardes communaux, que l’engagement des pouvoirs publics, à leur tête le ministre de l’Intérieur, pour la prise en charge des doléances des anciens et des familles des martyrs de ce corps, s’inscrit dans la continuité. M. Limani qui a présidé la cérémonie de remise des prix et des titres pour une «Omra» à la Mecque au profit de dix veuves d’anciens gardes communaux assassinés lors de la décennie noire, de dix autres toujours en service et de vingt retraités de ce corps, a insisté également sur le maintien d’un cadre de dialogue et d’échange entre les autorités de la wilaya et les représentants de ce corps: «Votre sacrifice est inscrit dans la mémoire collectif des Algériens. L’Etat ne lésinera pas sur les moyens pour satisfaire l’ensemble de vos doléances et prendre convenablement en charge les retraités et les familles des martyrs de ce corps. Il est primordial de garder stables et ouverts les cadres légaux du dialogue, d’échange et de coordination», a-t-il assuré. De son côté, le délégué de la wilaya pour la sécurité et la prévention fera savoir qu’une nouvelle cérémonie, toujours dédiée aux gardes communaux de la wilaya, aura prochainement lieu. Elle se tiendra à l’occasion de la distribution des logements sociaux et des aides à l’habitat rural au profit de ce corps à l’échelle de l’ensemble des communes de la wilaya. Le même responsable, en charge du dossier de la garde communale auprès de la wilaya de Bouira, a aussi assuré que les demandes de logements sociaux ou d’aides à l’habitat rural, formulées par les familles des gardes communaux victimes du terrorisme, sont prises en charge à hauteur de 98%. «Le processus de la concrétisation des engagements de l’Etat vis-à-vis de ce corps de sécurité se poursuit d’une manière sûre et progressive», a-t-il rassuré.
Oussama K.

1.00