Par DDK | 16 Avril 2018 | 1914 lecture(s)

Zahir Kheraz, maire d’Amizour

«Les gisements de zinc donneront un essor à la municipalité»

Une fois en exploitation, le projet Tala Hamza Zinc, situé à 15 km de la ville de Béjaïa, donnera un essor économique important à toute cette région de Kabylie.

Le projet est important et pourrait être l’un des dix premiers producteurs de zinc au monde. Ce dernier est bien placé pour fournir des concentrés de zinc et de plomb de première qualité, à faible teneur en contaminants, dans un avenir proche aux fonderies européennes. À propos de l’avancement du projet, le maire de la commune d’Amizour, M. Zahir Kheraz d’obédience FLN, soulignera : «Ce projet n’est pas encore en exploitation. Les travaux de la partie située sur notre commune sont en cours et toujours au stade de l’étude de faisabilité. Que ce soit pour la commune d’Amizour ou celle de Tala Hamza, ce projet générera des bénéfices pour les deux municipalités. Son exploitation sera très avantageuse et bénéfique pour toute la région.» Et d’ajouter : «Les retombées de ce projet pour les municipalités environnantes et pour notre population seront importantes.» Le projet Tala Hamza Zinc est la propriété de Western Mediterranean Zinc Spa (WMZ), une coentreprise chargée de développer le projet entre Terramin (Australie) et l'entreprise nationale des produits miniers non ferreux et des substances utiles Spa (ENOF). Terramin détient une participation de 65% dans WMZ, les 35% restants étant détenus par deux sociétés publiques algériennes: 32,5% par l’ENOF et 2,5% par l'Office national de recherche géologique et minière (ORGM). Le projet est situé à 15 km de la ville de Béjaïa. Le gisement Tala Hamza détient une ressource de 68,6 Mt (mesurée, indiquée et inférée) à 4,6% de zinc et 1,2% de plomb à un seuil de 2,5% d'équivalent zinc (y compris la réserve probable). Le gisement est situé dans la zone du permis d'Oued Amizour qui couvre 125 kilomètres carrés et comprend un certain nombre de prospects supplémentaires potentiels pour le plomb-zinc et le cuivre. Le projet est important et pourrait être l'un des dix premiers producteurs de zinc au monde. Le projet est bien placé pour fournir des concentrés de zinc et de plomb de première qualité, à faible teneur en contaminants, aux fonderies européennes. Terramin a conclu un accord de coopération technique avec la société d'ingénierie et de construction étrangères (NFC) de la Chine en 2013, en vertu duquel NFC a entrepris une évaluation technique et financière des méthodes d'exploitation du projet et a présenté ses conclusions aux partenaires de la coentreprise. À la suite de cette présentation, Terramin et ses partenaires ont formellement convenu de faire progresser une méthode d'exploitation minière, privilégiée jusqu'à la DFS qui, basée sur une modélisation préliminaire, devrait être économiquement et techniquement viable. À la fin de 2014, Terramin et la NFC ont mis à jour l'étude de faisabilité sur le développement du projet sur la base de la méthode d'exploitation convenue avec son partenaire de coentreprise. «L'ENOF et le gouvernement algérien ont terminé leur examen de l'étude de faisabilité révisée et les parties ont assisté à un atelier technique à la mi-mai 2015 pour discuter des résultats et des recommandations de cette étude de faisabilité révisée. Les partenaires ont généralement convenu que l'étude de faisabilité révisée, sous sa forme actuelle, est positive, répond aux objectifs et aux attentes des partenaires et fournit une base solide pour avancer vers une décision d'exploiter. Certains travaux supplémentaires, tels que proposés dans l'étude révisée, ont été convenus d'ajouter des données importantes avant qu'une décision puisse être prise par les partenaires de la coentreprise. Ce travail supplémentaire lié à l'hydrologie, aux données géotechniques, à l'infrastructure minière et aux résidus miniers est généralement d'une nature souvent réalisée au stade de la préparation de la conception de la mine. Cependant, dans certaines juridictions, y compris en Algérie, les organisations gouvernementales et les régulateurs exigent que ce travail soit effectué au stade de la faisabilité. Suite à cet atelier, Terramin et NFC ont développé un plan de travail qui a été présenté et discuté avec l’ENOF lors de la réunion du conseil d'administration de WMZ en juin 2015. Ce programme de travail a été généralement approuvé par le conseil d'administration de WMZ», souligne sur son site la société australienne Terramin. En outre, et avec l'accord des partenaires de la coentreprise, WMZ a initié le processus de renouvellement de la licence d'exploration auprès du régulateur algérien sur la base du programme de travail présenté au conseil d'administration de WMZ. Le programme de travail visera à compléter les derniers aspects de l'étude dans les mois à venir et à prendre la décision d'exploiter le plus rapidement possible par la suite. Du point de vue de l'exploration, le gisement Tala Hamza continue d'offrir un potentiel de croissance, en particulier dans le sud, où le forage a montré que le gisement était plus épais et de meilleure qualité que prévu. Le gisement est actuellement ouvert et non testé dans le sud, tandis qu'il existe également un potentiel au Nord-est et à l'Est. En outre, la zone couverte par le permis d'Oued Amizour accueille un certain nombre d'autres gisements qui n'ont pas été entièrement explorés, ce qui pourrait constituer un avantage significatif pour le projet Tala Hamza une fois en exploitation.
Rachid. Z

0