Par DDK | 11 Juillet 2018 | 584 lecture(s)

Legata Huit mois après l’installation du maire

L’APC toujours bloquée

L’APC de Legata, une localité distante de18 km du chef-lieu de wilaya de Boumerdès, connait la même situation de blocage. Les élus majoritaires lors des élections locales du 23 novembre dernier n’arrivent toujours pas à trouver un terrain d’entente pour sortir de ce blocage qui dure depuis des mois. Cet imbroglio ne va pas sans geler les affaires de la commune. Cette situation qui paralyse les affaires de la population et du développement local n’a pas laissé indifférent les autorités de wilaya qui ont désigné un administrateur pour assainir la situation. Toutefois, l’Assemblée populaire communale risque de ne pas installer l’exécutif d’autant plus que le conflit entre les deux formations politiques le RND et le FNA perdure. Les deux candidats de ces deux partis politiques revendiquent chacun la présidence de l’APC. Le RND, conduit par Berezouane Kamel, a obtenu 898 voix (21,9%), alors que son rival du FNA, Bournissa Mohamed, a eu 888 voix (21,7%) sur les 4262 voix exprimées lors des dernières échéances électorales. Une action de protestation a été observée par les sympathisants de l’élu du FNA soutenant que l’administration a tout fait pour que la présidence revienne au RND, l’accusant même d’impartialité. La semaine écoulée, la population locale a organisé un sit-in devant l’APC pour réclamer le déblocage afin d’éviter la paralysie totale de ses affaires. Une lettre a été adressée au wali, l’appelant à intervenir pour appliquer la loi et dégeler la situation. «Ce blocage n’est plus bénéfique pour notre commune. Les deux élus doivent s’entendre afin de gérer les affaires de l’APC et contribuer de la même à son développement», dira un habitant du centre-ville qui ajoute que le blocage ne sert l’intérêt de personne d’autant plus que la commune souffre d’une multitude de problèmes qui durent depuis plusieurs décennies. L’aménagement du centre-ville est défaillant, le programme de logements, notamment rural, piétine, des projets de réalisation d’infrastructures publiques avancent à pas de tortue et la bibliothèque communale est toujours fermée, se sont là quelques points noirs qui tardent à être pris en charge. Le secteur de la santé n’est pas en reste puisque l’on déplore la dégradation avancée de certains centres de soins. La commune de Legata est l’une des plus pauvres de la région, elle survit grâce aux aides de l’Etat dans le cadre des PCD et PSD, n’ayant pas de ressources de financement comme une zone d’activités qui lui permettrait des entrées en fiscalité. La seule activité qui pourrait générer des fonds à la recette communale est l’agriculture, sauf que ce secteur est mal prise en charge. L’on déplore ainsi l’absence d’un marché de gros de fruits et légumes pour les fellahs qui permettrait d’écouler leur production et de là, contribuer à renflouer les caisses de la municipalité.
Y. Z.

0