Par DDK | 12 Juillet 2018 | 3398 lecture(s)

Béjaïa

Ce n’est pas la grande affluence des touristes

Après avoir été perturbées par le mois de Ramadhan jusqu’à 2015, les juilletistes et aoutiens ont profité pleinement des vacances d’été les deux années qui viennent de s’écouler. Cette année, elles seront, encore une autre fois, écourtées par un autre événement religieux, la fête de l’Aïd El Adha qui sera célébrée au début de la troisième décade du mois d’août. Malgré ce «handicap», les vacanciers n’ont pas jugé utile de profiter du mois de juillet en prenant leurs congés à partir du premier du mois. C’est du moins l’impression eue par les habitants du littoral béjaoui qui ont remarqué une présence timide de touristes en ce début d’été. Quelques voitures immatriculées hors wilaya de Béjaïa et quelques nouvelles têtes seulement, sinon les plages sont plus ou moins désertes. Il est vrai que durant le long week-end de la fête du 5 juillet, la mer était déchaînée, mais il y aurait au moins des vacanciers qui auraient investi les plages pour y bronzer. Ce qui ne fut pas le cas. La région de Béjaïa serait-elle boudée par les touristes ? Inimaginable, car elle restera une région prisée pour tous les atouts qu’elle possède. Avec ses belles plages, ses somptueuses criques, un univers rocheux façonné par l’eau, une forêt luxuriante et une kyrielle de sites à visiter, la wilaya de Béjaïa demeure une aubaine pour les amoureux de la nature. Parcourir le Cap Carbon et descendre aux aiguades pour y piquer une tête ou encore faire une randonnée jusqu’a Yemma Gouraya, est un privilège, ce n’est pourtant que le chef-lieu de wilaya, et il existe autant d’autres sites dans chaque commune de cette belle région. En allant vers l’Est de la wilaya, on est tenu d’observer une halte aux grottes féeriques d’Aokas qu’il faut absolument visiter au risque de perdre une occasion en or de découvrir cet univers de stalagmites et stalactites. Quelques encablures plus loin, en empruntant la route menant vers Sétif, on va à la découverte de la cascade de Kefrida, dans la commune de Taskriout avant d’apercevoir les majestueuses gorges de Kherrata où des travaux d’aménagement sont en cours. Pour les amoureux de la baignade, 33 plages surveillées sont offertes aux touristes de Melbou à Tighremt. Le littoral Ouest est aussi intéressant que celui de l’Est. Boulimat, Saket, Tala Guilef et Tighremt sont autant de belles plages mais, malheureusement, handicapées par un manque d’infrastructures hôtelières. Il est vrai que la saleté rampante depuis quelques années dans la région de Béjaïa retarde le développement du tourisme dans cette région hautement touristique, mais le déblocage de l’EPIC de collecte des ordures de Béjaïa pourrait être une solution, à long terme.

A. Gana

0