Par DDK | 18 Aout 2018 | 1912 lecture(s)

BOUIRA - L’étrange intoxication qui provoque une insuffisance rénale touche une 7e victime

Le mystère demeure entier !

L’étrange intoxication qui a touché six personnes la semaine dernière, à Bir-Ghbalou et Raouraoua, continue de susciter l’appréhension au sein de la population locale.

En effet, une septième personne présentant les mêmes symptômes a été enregistrée mercredi dernier. Selon des sources médicales, la victime est une femme de 46 ans, également issue de la commune de Raouraoua et proche des deux familles atteintes par la maladie. Elle a été directement transférée vers l’hôpital spécialisé d’El-Kettar, par les équipes médicales de l’hôpital d’Aïn-Bessem.

La patiente souffrait de vomissements, de diarrhée et d’un début d’insuffisance rénale. Par ailleurs, la commission d’enquête médicale, dépêchée par le ministère de la Santé, poursuivait, avant-hier jeudi, sa mission au niveau de l’hôpital d’Aïn-Bessem et des domiciles des deux familles touchées par cette maladie toujours non-identifiée.

En plus de prélèvements d’eau et de nourriture au niveau des deux maisons, des spécialistes en épidémiologie se sont aussi entretenus avec les victimes de cette intoxication et leurs proches. Certains ont affirmé avoir consommé des abats de poulet, apportés par la première victime de l’intoxication, qui travaille dans la livraison de viande blanche. Cependant, des traces de contamination de l’eau ont été relevées au niveau du forage alimentant la maison des victimes à Raouraoua.

«Les spécialistes étudient actuellement toutes les pistes et toutes les probabilités, mais aucune n’est encore privilégiée. Nous avions au départ pensé à une intoxication hydrique, due à la contamination de l’eau consommé dans cette maison, mais avec les déclarations des malades, qui disent avoir consommé des abats de poulet, les recherches ont été réorientées sur cette nouvelle piste», précise une source proche de cette enquête, qui ajoute que les résultats des analyses d’eau, d’urine et de sang révéleront beaucoup de détails importants.

«Les prélèvements ont été transférés aux laboratoires de l’institut Pasteur et les résultats nous seront communiqué dans 72 heures. Les 6 personnes atteintes par cette intoxication sont actuellement prises en charge au niveau de l’EHS d’El-Kettar. Leur état est stationnaire. Les spécialistes poursuivent leurs recherches», a encore précisé notre source.

Pour rappel, deux veilles femmes, âgées de 74 et 80 ans, sont décédées la semaine dernière au niveau de l’hôpital d’Aïn-Bessem, suite à une insuffisance rénale aiguë. La triste nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, notamment sur les réseaux sociaux, créant un climat de panique dans toute la wilaya de Bouira. Les équipes médicales de l’EPH et de l’EPSP d’Aïn-Bessem quant à elles tentent de rassurer la population, expliquant que l’infection n’est pas contagieuse.

Oussama Khitouche

0