Par DDK | 20 Aout 2018 | 2904 lecture(s)

Marche, rideaux baissés, autoroute fermée…

Un enterrement sous tension

Une foule nombreuse était présente, hier, à l’enterrement de H. Bachir, 13 ans, victime d’un engin explosif samedi soir à Tameziaveth, dans la commune d’Ahnif. Tristesse et indignation telles étaient les émotions lisibles sur les visages des présents, hier après-midi, lors de l’enterrement de la victime décédée la veille lors de l’explosion d’un mortier de fabrication artisanale. Une marche funéraire s’est ébranlée du domicile familial vers le cimetière pour procéder à l’inhumation du défunt. Les commerces et institutions publiques ont tous baissé rideau en cette circonstance, et même le wali de Bouira, M. Mustapha Limani, s’est rendu sur les lieux pour présenter ses condoléances à la famille de la victime. Après l’enterrement, c’est l’indignation qui a repris le dessus et les habitants d’Ahnif ont décidé, d’un commun accord, de fermer l’autoroute Est-Ouest à hauteur de la localité. Une action initiée pour interpeller les pouvoirs publics sur les bombes et autres engins explosifs qui infestent la région. Sur les lieux, des banderoles étaient brandies et sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, «Exigence : ratissage», «Amnistier le terrorisme, c’est participer dans le crime». Les protestataires exigent, également, la sécurisation et la destruction des bombes artisanales qui blessent régulièrement des habitants de la localité. Ce mouvement de protestation n’a pris fin que lorsque des éléments de l’ANP, munis de détecteurs de métaux et d’explosifs, se sont déployés à travers les massifs de Tamelaht jouxtant Tameziaveth, pour entamer la sécurisation des lieux. Il faut dire qu’il s’agit là de la troisième explosion d’un engin meurtrier en moins d’une année dans cette commune limitrophe de la wilaya de Bordj Bou Arreridj.

H. B.

0