Par DDK | 29 Aout 2018 | 965 lecture(s)

BECHLOUL - Cité des 50/200 logements

Des appartements envahis par les eaux usées

La cité des 50/200 logements située au chef-lieu communal de Bechloul, à 18 km à l’Est de Bouira, baigne dans les eaux usées. Les habitants, notamment les familles qui habitent le rez-de-chaussée des immeubles, souffrent des mauvaises odeurs qui se dégagent à longueur d’année du réseau d’assainissement. Le problème date de plusieurs années et les autorités locales n’arrivent toujours pas à le prendre en charge et mettre à l’abri des maladies les familles. La situation s’est aggravée par le fait que les immeubles ne disposent pas d’un vide sanitaire. Le rez-de-chaussée qui devait être des locaux a été aménagé en appartements. «Nous vivons dans cette situation depuis plusieurs années. Le réseau d’assainissement du quartier a été bâclé et défectueux. Les fuites sont récurrentes. Les mauvaises odeurs nous pourrissent la vie. Nous avons interpellé les services de l’OPGI à maintes reprises mais aucune réaction», a déclaré un habitant du quartier. Il y a quelques mois, une commission composée de plusieurs services s’est rendue sur les lieux et a constaté que les appartements sont inhabitables et devraient être fermés. Il a été constaté également le tassement de la plate-forme d’une des chambres, causé par les fuites des eaux usées sous le bâtiment, le refoulement des eaux usées et les odeurs nauséabondes. Il faut souligner qu’aucune décision n’a été prise depuis la sortie de ladite commission. L’une des familles a été relogée dans un autre appartement après que leur logement a été inondé par les eaux usées. Les autres résidents mènent toujours la bataille sans qu’aucun responsable ne leur vienne en aide. Ce qui a poussé une autre famille d’abandonner sa maison pour aller louer dans un quartier et vivre dans des conditions salubres. La seule famille qui y reste n’a pas les moyens de louer pour pouvoir s’offrir un endroit propre pour vivre. Le père est handicapé moteur et sa fille souffre d’insuffisance rénale. Leur maison est envahit par les insectes, l’air est irrespirable à l’intérieur. Les autorités de wilaya sont interpellées afin de réagir et sauver ces familles et leur offrir des logements dignes de ce nom. Avec l’apparition de l’épidémie du choléra dans la wilaya, il y a urgence d’intervenir.

Massinissa A.

0