Par DDK | 29 Aout 2018 | 7677 lecture(s)

BÉJAÏA - Camp de recasement de Saket

Une femme agressée et violée

Dans la nuit d’avant-hier, une femme, âgée de 46 ans et vivant seule au centre de recasement de Saket, littoral Ouest de Béjaïa, a été agressée et violée par un homme d’une quarantaine d’années.

L’assaillant a agi de nuit, loin des regards, pour agresser sa victime et la violer tout en lui subtilisant son téléphone mobile. Des voisins qui ont entendu des cris se sont mobilisés et sont intervenus pour arrêter cet énergumène qu’ils remettront aux gendarmes qui sont arrivés plus tard.

Quant à la victime, elle a été évacuée à l’hôpital de Béjaïa pour une prise en charge médicale. Il est utile de souligner que dans ce centre de recasement qui est en réalité un camp de toile, lequel abrite une trentaine de familles en attente d’être logées, il y a une insécurité totale et d’ailleurs, un cas similaire a été enregistré l’année dernière.

Un déséquilibré mental recasé dans le même camp, avait menacé de mort une famille constituée d’une dame et de quatre des ses filles. L’intervention rapide du voisinage a évité le pire. La commune de Béjaïa compte des sites de recasement à l’Impros, l’Edimco, la cité Soumari en plus de celui de Saket, dans lesquels vivent plusieurs dizaines de familles en attente d’être recasées.

Cet autre acte d'agression interpelle les responsables concernés à l’effet de procéder dans les meilleurs délais à l’attribution de logements à ces familles plus que nécessiteuses.

A. Gana

0