Par DDK | 6 Septembre 2018 | 1556 lecture(s)

Éducation - Benghabrit lance la rentrée à partir de Mascara

«Le premier défi sera la qualité de l’école»

Selon la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghabrit, le premier défi que son secteur doit relever est celui de la qualité de l’école.

«Le premier défi concerne la qualité de l’école algérienne qui est tributaire de la qualité de l’encadrement devant contribuer à la lutte contre l’échec scolaire», a affirmé Mme. Benghabrit, lors du lancement officiel de la nouvelle année scolaire 2018-2019, à partir du CEM «Derdara» dans la commune de Ghriss, wilaya de Mascara. «Ce défi repose sur l’adoption des progrès enregistrés en matière d'ouverture pédagogique, par le biais d’une formation continue, d’une mise à niveau des connaissances et de l’amour de la profession», a-t-elle encore indiqué. Mme. Benghabrit a tenu à souligner que l’enseignement de l’histoire politique, sociale et culturelle du pays a toujours été l’une des priorités du secteur de l’éducation. La ministre a rappelé que les efforts déployés par l’Etat au profit du secteur de l’éducation n’ont jamais cessé, en consacrant d’importants budgets et de grands investissements. «Ce soutien a été toujours constant même en cette conjoncture économique difficile que connaît le pays», a-t-elle rappelé. Elle dira par ailleurs que la rentrée scolaire cette année est placée sous le slogan «Faire du vivre ensemble en paix un acquis et un principe éducatif». A ce propos, la ministre a précisé : «L’objectif est de jeter les assises d’une société éprise de paix et de démocratie, ouverte sur le monde, sur le progrès et la modernité». A rappeler que la rentrée scolaire a concerné 9 269 892 élèves cette année. Ceux du primaire représentent 48,8% du total des élèves et le reste des taux est réparti entre les cycles moyen, secondaire et préparatoire dans 26 964 établissements éducatifs. A l’instar des années précédentes, il y aura encore une surcharge des classes en raison des opérations de relogement des citoyens, outre la hausse du nombre des naissances, ce qui se répercutera sur le taux des nouveaux élèves inscrits. En effet, le nombre d'élèves a été revu à la hausse durant la période entre 2000 et 2018 estimé à 1 270 000 élèves, soit une hausse de 6,8%, selon Mme. Benghabrit. Elle a indiqué que 27 351 établissements éducatifs ont été mobilisés, outre le recours aux classes préfabriquées mises en place par le ministère de l'Habitat, aux classes mobiles et au système des classes à double vacation.

Samira Saïdj

0