Par DDK | 8 Septembre 2018 | 1800 lecture(s)

Tizi-Ouzou - Deuxième lâcher de 500 perdrix à Boubhir

Chasse interdite sur le site durant trois ans

Un deuxième lâcher de perdrix gambra a été effectué, avant-hier matin, au site de Boubhir, dans la commune d’Ifigha.

Le choix de lâcher des perdrix, dans ce site, a été fait par le centre cynégétique de Zéralda. L’opération en est à sa deuxième étape. Elle consiste, à lâcher un tiers des sujets mis en volière, à savoir 500 en tout. L’objectif est que ces perdrix servent de guides aux deux tiers restants, qui seront lâchés à leur tour dans trois jours. Cette première opération, expérimentale, au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, a été chapeautée par des experts du centre cynégétique de Zéralda CCZ, en collaboration avec la conservation des forêts de la wilaya, ainsi que la fédération de chasse de Tizi-Ouzou. Les responsables du CCZ et de la conservation des forêts ont mis en exergue, «l'importance de cette opération est la nécessité de conjuguer tous les efforts pour la réussite de ce lâcher qui aura des répercussions positives sur la faune locale». L’événement a suscité l’intérêt de plusieurs professionnels, amateurs de la chasse, et Les responsables d'une trentaine d'associations de chasse des différents coins de la wilaya. Plusieurs équipes sont mobilisées sur le lieu, travaillant par brigades, nuit et jour, pour préserver le site, «des incursions de certains curieux qui risquent de menacer la quiétude des sujets», notent les responsables. Les experts du CCZ, ont constaté «le bon état sanitaire des perdreaux», avant de procéder minutieusement aux lâcher d'un tiers. La dernière étape se déroulera le lundi prochain avec le lâcher des deux tiers restants. A noter qu’une campagne de sensibilisation, actuellement menée par la fédération de la chasse, avec le concours actif des associations de chasse, commence à porter ses fruits, noteront les initiateurs. En effet, selon eux, «les habitants de la commune d'Ifigha et des alentours ont adhéré à cette opération et se disent prêts à surveiller ce site bien après la dernière étape, pour cette année et les deux prochaines aussi.» Sachant, que ce lâcher va s’étaler sur trois ans, durant lesquels la chasse sera strictement interdite sur ce site. Pour illustrer cette interdiction, des pancartes de signalisation d'interdiction seront installées. Des patrouilles des services de sécurité, partie prenante dans cette opération, «veilleront à son application avec une tolérance zéro », explique-t-on sur place.

Kamela Haddoum.

0