Par Ahmed Meziani.. | 9 Aout 2010 | 6019 lecture(s)

Entretien Meziane Idjerouidene Directeur général d’Aigle Azur : «Nous sommes une compagnie de proximité»

Aigle Azur, qui déploie ses ailes pour se hisser au rang de leader sur les destinations du Sud avec en tête l’Algérie qui bénéficie d’une couverture exceptionnelle avec 13 villes desservies au départ de Paris, Lyon, Marseille, Mulhouse et Toulouse, a transporté en 2009, toutes destinations confondues, quelque 1,7 million de passagers. La compagnie, qui
dispose d’une flotte homogène et moderne composée de 13 Airbus de la famille A320, dessert en vols réguliers l’Algérie, le Portugal, le Mali, le Maroc et la Tunisie, à raison de 300 vols par semaine.
Son directeur général, M. Méziane Idjerouidéne, en parle.


La Dépêche de Kabylie : Neuf ans sont passés depuis les premiers vols de votre compagnie vers l’Algérie. Où en est Aigle Azur aujourd’hui ?

Meziane Idjerouidene : En effet, la compagnie aérienne Aigle Azur, dessert l’Algérie depuis maintenant presque dix ans. Elle a commencé progressivement pour arriver à un réseau extrêmement important sur l’Algérie, puisque nous couvrons et desservons aujourd’hui 13 aéroports sur tout le territoire national, du Nord au Sud.

Ce qui n’était pas le cas durant les premières années…
Bien sûr, on a commencé progressivement avec en fin 2001 nos premiers vols, dans un premier temps, sur Hassi Messaoud puis, suivis par des lignes sur Alger, Béjaïa, Oran et Constantine. Progressivement au départ de Paris d’abord, puis de Lion, de Provence et Marseille, pour arriver aujourd’hui à un réseau de plus de 30 trente lignes entre la France et l’Algérie, une couverture importante représentant plus de 220 vols par semaine entre ces deux pays.
C’est donc une couverture extrêmement intense : un véritable pont aérien qui a été mis entre les deux pays, ce qui permet de rapprocher les familles, notamment à la veille du mois de Ramadhan.
Aigle Azur s’est toujours positionné comme une compagnie de proximité. Pour nous, le client c’est bien évidemment essentiel. C’est pourquoi on se doit de le comprendre et de répondre au mieux à ses attentes.
C’est entre autres la raison pour laquelle nous participons à des opérations de ce type là. Nous pouvons apporter notre aide avec des billets d’avion puisque c’est notre métier et on le fait avec un grand plaisir. Cela permet de donner un peu de bonheur à nos clients pour aller retrouver leurs familles où pour simplement partir en week-End.

Quels sont les autres pays que couvre votre compagnie ?
Aigle Azur ce n’est pas que l’Algérie même si c’est vrai qu’aujourd’hui c’est notre destination phare. Nous desservons également du départ de France, activement le Portugal ainsi que le Mali, de même que les autres pays du Maghreb. Je parle bien évidemment des vols réguliers.
Nous desservons aussi des destinations à vocation touristiques comme la Turquie, la Grèce, et l’Espagne. Aujourd’hui Aigle Azur est la 3ème Compagnie Française en terme de passagers transportés. Donc, la croissance a été importante. Nous avons 13 avions 100% Airbus, une flotte qui est modernisée au fur et à mesure que les années passent. Nos cabines ont été complètement rénovées, l’an dernier, pour mieux accueillir nos passagers. On s’est toujours attelés, et c’est notre politique qui veut ça, à la proximité. Dans notre métier, le transport aérien, il y a la vocation de rapprocher deux pays, la France et l’Algérie. S’agissant du volet tarif, là aussi, Aigle Azur se soucie de proposer des promotions extrêmement attractives, une politique qui encourage au rapprochement entre les citoyens des deux rives. Nous sommes d’ailleurs la 1ère compagnie aérienne à avoir mis en place des promotions entre les 2 pays, que ce soit depuis la France ou en départ d’Algérie.

Y’a-t-il d’autres points qui singularisent Aigle Azur des autres compagnies aériennes ?
Oui, bien sûr, c’est tout cela qui contribue au capital sympathie, à l’image positive et au développement d’Aigle Azur, que ce soit en Algérie ou ailleurs, puisque la politique de notre compagnie est toujours la même.
En plus des tarifs attractifs que nous proposons, nous avons une stratégie de proximité qui nous singularise, puisque nous allons jusqu’à mettre les annonces de bord, les consignes de sécurité et de bienvenue, dans les langues respectives des pays que nous desservons et sur lequel nous opérons. Sur le Mali, nous avons mis en place le Bambara qui est la langue officielle mais également le Soninké qui est la langue parlée par la majorité de l’immigration en France. Nous avons été la 1ère compagnie à mettre ça en place. Sur l’Algérie, il y a bien entendu les annonces de bord en arabe, mais également en kabyle. Ce qui ne s’était jamais vu dans l’histoire de l’aviation. Et le portugais dans les avions en partance ou en provenance du Portugal. Dans tous nos avions, les annonces de bienvenue sont dans les langues respectives des pays que nous desservons.
Encore une fois, on se doit, nous à Aigle Azur, de détendre les clients, si je puis dire, parce que ce que nous vendons c’est le voyage, et qui doit donc être un moment de détente. Malheureusement, ces dernières années le transport aérien n’a pas été épargné par les crises. Le volet sécuritaire contrôle, qui est de plus en plus important, fait qu’il y’a une forme de crispation qui se crée dès l’arrivée des clients et des passagers dans les aéroports. Lorsqu’ils pénètrent dans l’avion, ils sont tendus, stressés, avec une seule hâte, celle d’arriver le plus tôt à destination. Et notre rôle, c’est de détendre cette atmosphère. Lorsque vous avez des passagers qui ne comprennent pas forcément le français ou l’anglais, qui sont bien évidement les langues réglementaires, si en plus, nous ne sommes pas à leur écoute, en ne les comprenant pas ou s’ils ne nous comprennent pas, on ne pourrait pas dissiper, atténuer leur crispation. Et le simple fait d’annoncer la bienvenue dans les langues que parlent et comprennent les passagers, c’est fondamental.

Après un tel parcours, riche en innovations, quels sont les ambitions et les priorités d’Aigle Azur pour la prochaine décennie ?

C’est déjà de consolider le patrimoine historique de la compagnie. Car, vous le savez sûrement, Aigle Azur est la plus ancienne compagnie privée européenne. Elle a été créée en 1946. Donc, on va s’atteler à maintenir ce patrimoine dans la même lignée et dans la continuité. Nous n’avons pas de précipitation ni de pression particulière. Ce que nous cherchons, c’est faire des choses que nous maîtrisons, avec ce positionnement de proximité, dans l’esprit d’aller là où les autres compagnies ne vont pas, avec cet esprit pionnier, aussi bien au sein de l’entreprise que dans nos rapports avec nos clients. Ce qui est pour nous fondamental. Donc, nous allons continuer dans cette dynamique, avec de nouvelles lignes qui arriveront dans les mois à venir, mais sur lesquelles je ne peux aujourd’hui vous en dire plus.
Il est certain toutefois que le développement d’Aigle Azur va se poursuivre sur d’autres pays, avec toujours la même stratégie de proximité. Je dois dire que nous avons par ailleurs, une classe affaires, d’un niveau inégalé aujourd’hui, sur un réseau comparable, qui rencontre un véritable succès auprès des entreprises, notamment auprès des PME, françaises ou algériennes. Une clase sur laquelle nous misons beaucoup, car elle est extrêmement importante pour dynamiser aussi les relations économiques entre les deux pays.

Un dernier mot sur l’Algérie, vous qui êtes venu spécialement à l’occasion de la remise des cadeaux, aux gagnants de la Tombola, dont votre compagnie est l’un des sponsors, organisée par notre journal ?
J’aimerais dire que ça fait plaisir d’être en Kabylie. Vous savez, ce sont mes origines. Il y’a un peu de mon âme, de mon histoire qui sont ici. Et notre famille qui est là, donc c’est toujours avec un petit pincement et un grand plaisir que je me retrouve chez moi, ici, à la maison. Je remercie la Dépêche de Kabylie qui m’a donné cette occasion pour ces quelques heures que nous avons passées ensemble et qui m’ont vraiment fait du bien

Propos recueillis par Ahmed Meziani..

0