Par A. Gana | 15 Aout 2010 | 2151 lecture(s)

Béjaïa : Une semaine du rire dédiée à H’didwane

A l’instar donc du théâtre régional et de la Maison de la culture, le comité des fêtes de la ville de Béjaïa participera, de son côté, à l’animation des soirées ramadanesques de la capitale des Hammadites.
C’est ainsi que ce dernier prévoit l’organisation à compter du lundi 16 août, de la 3e édition de la semaine du rire qui aura lieu au stade scolaire. Cette manifestation qui durera jusqu’à la fin du week-end, verra la participation de plus d’une trentaine d’artistes dont des chanteurs tels que cheb Fayçal ou encore le petit Takfarinas, Mokrani Salim en l’occurrence, mais aussi des spécialistes du rire, dans les monologues et les sketchs, à l’image des frères Degga, du fameux duo Salah Ouguerrout et Kamel Bouâakaz et surtout du célèbre Hamza Faghouli, plus connu sous le sobriquet de Ma Messâouda qui était le compagnon du regretté H’didwane, de son vrai nom Mohamed Raouf Ikkache, avait bercé des générations d’enfants plusieurs années durant, notamment avec son fameux jeu télévisé intitulé le Jardin enchanté, El Haddika Essahira, présenté en compagnie de Ma Messâouda.
Mohamed Raouf est né au Maroc le dernier jour du mois d’août de l’an 1948 et c’est à l’âge de 14 ans, soit à l’indépendance, qu’il rentrera au pays avec ses parents pour s’installer à Oran.
Issu d’une famille passionnée d’art et de culture, le petit Ikkache se passionnera pour le théâtre tout en continuant ses études. Adulte, il entamera une carrière d’enseignant qu’il écourtera pour se jeter corps et âme dans le théâtre. L’ambition de H’didwane et son amour pour les enfants l’ont poussé à créer et activer dans des écoles où il donnait des représentations théâtrales éducatives. Ce dernier quittera ce monde à un âge précoce de 48 ans suite à une maladie rénale. Il laissera le monde du rire orphelin.

A. Gana

0