Accueil Pause Digest... Un homme attaqué par un groupe de corbeaux

Insolite Cela s’est passé à Saharidj

Un homme attaqué par un groupe de corbeaux

4144

Durant 3 jours, soit du mardi au jeudi derniers, des milliers de corbeaux se sont rassemblés sur la colline d’Achaivou à la sortie Est du chef-lieu communal et sur celle de Tizi Ikhervane au village périphérique d’Aggach. Ces deux collines qui se font face, à 500m à vol d’oiseau l’une de l’autre, ont subi une véritable invasion de ces imposants volatiles. Aussi bien sur terre que dans le ciel, d’assourdissants croassements se faisaient entendre, à tel point que le reste des autres oiseaux de moindre envergure qui égayaient les lieux ont disparu tout le temps qu’a duré ce spectaculaire et insolite défilé de corbeaux. Cette agitation, pour le moins anormale, a été suivie par de nombreux citoyens qui n’étaient pas sans afficher une pointe d’inquiétude, d’autant plus que dans ces régions du pays profond, la population conserve encore une bonne dose de superstitions et croyances populaires qui désignait le corbeau  sous l’appellation de « messager du malheur ». D’ailleurs, un citoyen de la localité a fait les frais de ce scénario à la Hitchcock jeudi après-midi, en voulant rentrer chez-lui. Ce dernier âgé de 50 ans et originaire du village Allaouch, avait emprunté comme d’habitude une piste forestière d’environ 02km afin de rejoindre son domicile. Il racontera avoir été attaqué en plein milieu de la forêt par des centaines de corbeaux. Ce malheureux relate avec effroi qu’il avait franchi quelques dizaines de mètres dans la forêt dense, lorsque les corbeaux se sont mis à tournoyer au dessus de sa tête en se rapprochant de plus en plus près au point de l’effleurer en lançant des croassements stridents. Ses gesticulations pour les éloigner n’ont fait, raconte-t-il, que les faire redoubler d’ardeur et se rapprocher de plus près. Encore affolé et ayant complètement perdu son sang froid devant les attaques de ces oiseaux, l’infortuné lâchera le sachet contenant 06 baguettes de pain et prendra ses jambes à son cou fonçant droit devant lui en se couvrant la tête de ses bras. Dans sa fuite et entendant que le bruit avait cessé il s’aperçut que  les corbeaux se disputaient le pain qui faisait, apparemment, le véritable objet de leur attaque. 

Oulaid Soualah