Par DDK | 11 Janvier 2017 | 725 lecture(s)

DNA US Oued Amizour

Tout ne s’est pas passé comme souhaité

La formation d’Amizour aura terminé la phase aller sur une bonne note après le nul ramené de M’Sila. Avec ce point, l’USOA finit cette première étape du championnat à la 6e place.

Avec 21 points au compteur, la formation d’Amizour s’éloigne du podium et se fait distancer par des équipes l’ayant coiffée à juste titre. D’ailleurs, le parcours des unionistes d’Amizour est en deçà des espérances des dirigeants et des supporters qui attendaient beaucoup de cette équipe, au vu de la qualité de sa composante qui a été renforcée par des joueurs expérimentés. L’équipe d’Amizour méritait un bien meilleur sort. Les unionistes ont alterné le bon et le moins bon. Appelée à jouer les premiers rôles, les rouge et noir n’ont pas répondu à l'attente de son public. Ceci-dit, avec des joueurs blessés, il n'etait pas évident de réussir avec une telle instabilité, chaque semaine. Il y a, aussi, lieu de signaler la crise financière qui asphyxie l’USOA, depuis la saison dernière. Parce que, comme tout le monde sait, pour jouer l’accession, il faut disposer des moyens requis pour bien négocier les trente matchs du championnat. Avec l’absence de sponsors et des industriels de la ville, qui n’ont pas répondu au SOS lancé par le président Omar Oumbiche, l’USOA, est, donc, mal partie pour prétendre jouer les premiers rôles. Mais, le constat est là. Ladite formation avait occupé la première place, par moments, et a perdu de sa verve lors de ses dernières journées de la phase aller. Les poulains du duo Boussekine-Bounif ont laissé filer une belle opportunité de prendre le large en concédant une défaite à domicile devant le NARBR (12e journée). A l’issue du match qui a suivi, les coéquipiers de Boukemacha ont également été accrochés à domicile par le CRBDB (14e journée). Et c’est là que les rouge et noir ont dégringolé à la sixième position, à six points du leader, à la grande déception des fans du club, des joueurs, du staff et des dirigeants. Si les hommes de Boussekrine avaient fait le plein au stade «Larbi Touati», ils auraient terminé cette première manche sur le première marche du podium.

7 points perdus à domicile

Sur 15 matchs disputés, cette équipe a remporté quatre victoires, enregistré six nuls et essuyé 3 défaites. A l’extérieur, l’USOA a tiré son épingle du jeu en confirmant sa solidité. Chez elle, en revanche, elle a été, totalement, hors sujet. En effet, les sorties au stade «Larbi Touati» ont été ponctuées par 4 victoires, 2 nuls et une défaite, soit 7 points se sont «volatilisés» sous le nez des camarades de Kheraz dans leur jardin. C’est dire que ces chiffres sont inadmissibles pour une équipe qui projette de jouer l’accession. Par contre, en dehors de leurs bases, les poulains de Boussekine ont pu ramener 7 points en 7 sorties, soit 1 victoire, quatre nuls et deux défaites.

Deuxième meilleure défense

Le point fort de cette équipe réside dans son compartiment défensif, qui, de l’avis des experts, est vraiment solide. Celle-ci est sacrée deuxième meilleure défense de la première partie du championnat, derrière le MB Rouisset avec 9 buts encaissés, à la grande satisfaction de l’entraineur Boussekine

L’attaque, le maillon faible

Contrairement au compartiment défensif, celui de l’attaque, pour sa part, n’a pas donné satisfaction. En effet, sur le plan de l’efficacité, la machine offensive des rouge et noir n’a pas fonctionné convenablement, durant les 15 matchs joués. Pourtant, l’équipe à été renforcée par le recrutement d’attaquants ayant évolué en ligue 1 et 2. Mais, ces derniers se sont plus illustrés par leur maladresse et leur manque de réalisme que par leur expérience. En effet, les coéquipiers de Amroune ont éprouvé, depuis l’entame de cet exercice, les pires difficultés, pour transpercer les défenses adverses, comme l’attestent les occasions ratées lors des matchs. Ce compartiment a été inefficace durant l’exercice écoulé, en inscrivant uniquement 11 réalisations. Ce qui nous donne la médiocre moyenne de 0.73 buts par match.

Une première phase à oublier

Les camarades d’Idirene se sont, certes, mis dans une situation difficile en compromettant sérieusement leurs chances d’accéder au palier supérieur, mais il reste, encore, 15 matchs à jouer. Et en football, tout reste possible. En tous les cas, il faut tirer chapeau à cette équipe, qui, en dépit du manque de moyens et des revers essuyés, a tout simplement été remarquable. Il est vrai, que les difficultés financières rencontrées ont perturbé l’équipe, en dépit d’une bonne entame au début du championnat. Ceci dit, le temps est aux conclusions. Il faut éviter de commettre, à l’avenir, les mêmes erreurs de la phase aller, laquelle est à mettre aux oubliettes, afin de pouvoir bien se préparer, durant cette trêve, pour la phase retour . Cette formation peut faire très mal à l’avenir. En tous les cas, le premier responsable du staff technique de l'USOA, y croit dur comme fer.

Samy H.

0