Par DDK | 16 Février 2017 | 2782 lecture(s)

JS Kabylie Rahmouni fait son constat

«L’équipe a besoin de se libérer mentalement»

Après la séance de la reprise effectuée avant-hier, le coach Rahmouni a fait sa lecture de la situation : “Le groupe souffre mentalement”, affirme-t-il.

«C’est tout à fait normal que les joueurs soient abattus mentalement, vu les résultats qui n’ont pas suivi. Je travaillerai beaucoup l’aspect psychologique car les joueurs doivent se libérer pour renouer avec les bons résultats», déclare Rahmouni.

«L’état physique de certains joueurs est catastrophique»

Ayant effectué hier un test VMA (Vitesse Maximale Aérobie) aux joueurs, le staff technique kabyle s’est fait une idée sur l’état physique de ses joueurs. Questionné sur ce point, Rahmouni a avoué qu’un grand travail les attendait : «Les joueurs ont effectué un test VMA et l’état physique est différente d’un joueur à un autre. Certains sont bons, d’autres juste moyens et l’état de certains autres est carrément catastrophique. Sans polémiquer sur mes prédécesseurs, il y a un grand travail qui nous attend sur le plan physique. Sans une bonne condition physique, les joueurs ne pourront pas accomplir leurs tâches convenablement. Nous consacrerons tout le temps qu’il faut à l’amélioration de ce volet même s’il faut qu’on travaille deux fois par jour», a précisé Rahmouni

«Avec moi, celui qui faute payera»

Interrogé sur les cas disciplinaires enregistrés, le nouvel entraîneur kabyle se montre ferme. Il affirme que dorénavant celui qui commettra la moindre erreur assumera ses responsabilités : «Avec moi, c’est fini les cas d’indiscipline. Celui qui fautera payera. J’étais clair avec les joueurs, car la discipline et la clef de la réussite», a assuré Rahmouni.

«Le cas Asselah est l’affaire de la direction»

Le portier Malik Asselah n’a toujours pas rejoint l’équipe. Il a raté la séance d’entraînement d’hier matin, après celle de la reprise effectuée avant hier. Questionné à ce sujet, Rahmouni s’est contenté de dire : «Le cas Asselah est une affaire de la direction».

M. L.

0