Par DDK | 17 Juillet 2017 | 966 lecture(s)

ABDELKADER RAHAL, président de la section football de l’O M’Kira

«Nous risquons de ne pas nous engager la saison prochaine»

En dépit du peu de moyens dont dispose ce club du pré-honneur, il s’est classé au milieu du tableau. Dans cet entretien, M. Abdelkader Rahal, trésorier et président de la section football de l’OMK, craint que ce dernier ne figure plus dans le championnat pré-honneur, pour de nombreuses raisons.

La Dépêche de Kabylie : Êtes-vous satisfait des résultats de l’OMK durant la saison 2016/2017 ?
Abdelkader Rahal : N’était le manque de moyens sur tous les plans, on pouvait mieux faire. Nous avons évolué avec des caisses vides, car le contrôleur financier de Draâ El-Mizan avait rejeté l’enveloppe que l’APC a votée. Et puis, il faut savoir que notre stade est à l’abandon et nous étions contraints de jouer tout le temps à l’extérieur.

Avez-vous tenu votre assemblée ?
Nous sommes au stade de la finalisation du bilan interne. Nous tiendrons cette assemblée dans les prochains jours.

Dernièrement, l’on a entendu que la DJS avait retenu dix terrains pour engazonnement. Le vôtre est-il concerné ?
Non, notre terrain ne figure pas sur cette liste. Pourtant, il y a des terrains qui ne sont pas connus et où il n’y a aucun club engagé qui vont en bénéficier. Nous sommes vraiment surpris, car nous nous attendions à ce que notre terrain bénéficie de cette opération, surtout que nous ne sommes pas restés les bras croisés.

C’est-à-dire ?
Nous avons déposé un dossier sur le bureau du ministre de la Jeunesse et des sports et d’autres au niveau de la ligue et de la direction de la jeunesse et des sports. Quand nous avons repris le championnat en 2014, après un arrêt de plus de cinq ans, le directeur de la DJS avait promis de nous aider notamment pour la pose du tartan. Aujourd’hui, nous ne savons plus quoi faire. C’est l’une des raisons qui nous pousserait à ne pas nous engager. L’APC ne nous aide même pas avec le transport. Nous risquons d’abandonner 150 jeunes dans une commune où il n'y a rien que le football. Depuis 2014, 25 stades ont été gazonnés et voilà que dix autres sont retenus. Quant au nôtre, il est mis aux oubliettes. C’est l’incompréhension générale. Et du côté de l’APC ? Bon, on croit savoir qu’une enveloppe a été votée pour le réfectionner, mais on ignore son montant. Mais, ce qui est encore décourageant, c’est que le contentieux avec l’entreprise, à laquelle le marché a été résilié, n’est pas encore résolu. Concernant la subvention, aucun centime. Nous ne savons plus à qui s’adresser. En dépit de toutes les réclamations faites et des actions menées par les quinze CSA du Sud de la wilaya, la question n’est toujours pas tranchée. Si rien ne se pointe à l’horizon, nous serons dans l’obligation de mettre la clé sous le paillasson. Néanmoins, je saisis cette occasion pour demander à toutes les personnes qui peuvent nous aider de ne pas laisser tomber ce CSA qui a été créé depuis plus de 25 ans quand même !

On vous laisse conclure…
Nous souhaitons que les hautes autorités du pays interviennent afin de venir en aide à tous ces petits clubs qui n’ont aucune ressource. N’oubliez pas que ce sont des écoles de formation de jeunes pour les divisions supérieures. Il faudrait donner beaucoup d’importance au sport amateur. Il constitue la base de tout développement sportif dans le pays. Enfin, nous lançons un appel à la DJS pour qu’elle trouve un moyen afin que notre stade, à l’instar des autres, soit pris en charge.

Entretien réalisé par Amar Ouramdane

5.00