Par DDK | 15 Novembre 2017 | 1030 lecture(s)

HAMADI NORDINE, président du CSA MB Bouira

«Voilà ce qui me retient encore en poste»

En attendant son départ officiel de la tête du club, Nordine Hamadi suit toujours les rencontres de l’équipe.

Lors de la rencontre MB Bouira – OM Ruisseau samedi dernier, il était présent, contrairement au président de la section football Ali Boukharouba, qui n’a plus remis les pieds au stade depuis l’annonce de son départ, soit au lendemain de la rencontre face à Hassi Messaoud. Hamadi a même réagi au rapport du match élaboré par l’arbitre Guitoun, concernant le MBB- OMR (4 – 3). Prenant à témoin le délégué du match ainsi que la presse locale présente lors de la partie, le président du MBB, estime que l’arbitre a «exagéré» : «Il ne s’est rien passé, il n’y avait ni envahissement de terrain, ni jets de projectiles, de fumigènes, ou autres (…). La rencontre s’est déroulée dans de bonnes conditions et dans un fair-play total», a-t-il soutenu, en s’interrogeant : «Pourquoi signaler qu’il y avait mauvaise organisation, alors que tout s’est déroulé dans de bonnes conditions, avant, pendant et après la fin de la rencontre ? Dire qu’il y a eu mauvaise organisation parce que les remplaçants ont laissé exploser leur joie après le but de la victoire est injuste. S’il y avait un quelconque dépassement de la part des dirigeants ou des joueurs, qui se trouvaient sur le banc de touche, il aurait brandi des cartons. Or, ça n’a pas été le cas, personne n’a écopé de carton. Nous n’allons pas nous taire, nous avons décidé d’envoyer une requête à qui de droit». Concernant sa démission du bureau du club, Nordine Hamadi dira encore que sa décision «a été mûrement réfléchie et qu’elle est irrévocable».

«Nous préparons la paperasse pour tenir l’AGEX et entériner notre départ»

«Cette fois-ci, c’est bon, on ne reviendra pas sur notre décision, quelle que soit la suite des événements», a prévenu Hamadi. Et de poursuivre : «Nous avons tout fait la saison écoulée pour réussir cette accession historique, 70 ans après la création du club, alors que deux autres catégories ont terminé à la première place. Et personne : ni anciens joueurs, ni dirigeants du club, n’avait cherché après les jeunes, pour, au moins, les féliciter, les encourager et les motiver». «On refuse, dira-t-il, d’assister à la mort du club. Personne ne veut du bien pour cette équipe qui, pourtant, mérite une place au palier supérieur. Nous avons prouvé qu’on dispose d’un bon groupe, capable d’aller plus loin». «On croyait, enchaîne-t-il, que cette saison allait être la bonne. Malheureusement, on constate que rien n’a changé, on se rend compte, finalement, qu’il n y a rien. On ne peut gérer une équipe avec de simples promesses, tandis que le club croule sous les dettes et les caisses de l’équipe sont vides. On n’a même pas de quoi payer un repas aux joueurs». «Psychologiquement on est déjà démissionnaires, on est en train de préparer la paperasse avec l’expert-comptable du club et le commissaire aux comptes. Après cela, on arrêtera une date pour la tenue d’une AG extraordinaire, afin d’annoncer la démission du bureau».

«J’espère qu’il y aura des gens ayant les moyens de reprendre l’équipe»

«Notre seul souhait, c’est que l’équipe ne tombe pas entre les mains de bricoleurs, mais des gens du métier, intègres, dotés de moyens nécessaires pour mener l’équipe à bon port. C’est inacceptable et inadmissible de supporter toute cette pression et ignominie, des insultes et accusations gratuites et non fondées de la part d’énergumènes, dont le seul objectif n’est autre que de déstabiliser l’équipe», renchérit-il.

Le départ de huit joueurs confirmé

Hamadi Nordine confirme, par ailleurs, le départ de huit joueurs, dont l’ex-portier du MO Béjaïa Hamzaoui, Guendouzi, Billali, Seddouki … pour différentes raisons. Mais il affirme que «certains ont été écartés pour des mesures disciplinaires». L’équipe compte désormais 22 joueurs, parmi eux «de bons éléments sur lesquels l’équipe pourrait compter et poursuivre la saison», estime Hamadi. Concernant les primes de matchs exigées par certains joueurs, notre interlocuteur note :«Nous avons été très clairs avec les joueurs dès le début de la saison, notamment concernant la situation financière de l’équipe. Comment octroyer une prime, alors que l’équipe, classée en milieu de tableau, ne gagne plus de match ? On a dit le résultat d’abord et la prime ensuite. Or, nous avons enchaîné cinq matchs nuls. Il faut d’abord gagner, puis parler de prime de match».

“Tout le monde a touché la première tranche des indemnités”

«Les gens ont tendance à spéculer, mais je vous assure que c’est l’ensemble des joueurs et des entraîneurs (toutes catégories confondues) qui ont touché les indemnités de leurs trois premiers mois, comme convenu en début de saison, à l'exception d'un joueur qui a été renvoyé avant qu'il n'encaisse son chèque», dira Hamadi. Et de conclure : «La subvention octroyée par l’APC, de l’ordre de sept millions de dinars, a été répartie sur les joueurs, les entraîneurs (toutes catégories confondues), ainsi que les fournisseurs, à travers des virements directs aux comptes de concernés. On ne donne jamais de cash».

M’hena A.

0