Par DDK | 13 Juin 2018 | 712 lecture(s)

OMAR ALLACHE, président du CSA MC Bouira

«On aurait pu prétendre à mieux»

Dans cet entretien, le président du CSA MC Bouira revient sur le parcours de l’équipe en championnat et parle des objectifs tracés pour le prochain exercice.

La Dépêche de Kabylie : Sixième au classement final, le MCB a quand même réalisé une bonne saison, n’est-ce pas ?
Omar Allache : Compte tenu des moyens dont disposait l’équipe, du remaniement de l’effectif et de son rajeunissement à plus de 85 %, je dirais que le bilan de la saison est en effet positif. Nous avons réalisé une bonne saison où nous avons même battu le champion, la JS Bordj Ménaïel, ainsi que des équipes du peloton en tête. Il faut aussi noter que la majorité des joueurs disputaient leur première saison en catégorie sénior. Cela ne nous a pas empêchés de rivaliser avec des équipes mieux loties que nous en matière de moyens et de terminer la saison à la sixième place. Nous avons découvert de très bons éléments pétris de qualités, nous avons discuté avec eux à la fin de la saison pour essayer de les convaincre de rempiler avec l’équipe pour la prochaine saison. Je suis convaincu que s’ils restent avec nous, nous réaliserons une très bonne saison 2018/2019. Je tiens sincèrement à les remercier pour leur dévouement, ils se sont montrés corrects et patients avec nous. D’ailleurs, aucun joueur n’a obtenu d’indemnités durant la saison, hormis une seule prime de match. Nous allons tous régler avec eux dès qu’il y aura entrée d’argent.

Le club vient de bénéficier d’une subvention de l’APC de Bouira. Est-ce suffisant pour régler les problèmes de l’équipe ?
Une chose est sûre, c’est la première fois depuis 3 saisons que le club bénéficie d’une telle somme, soit 250 millions de centimes. L’équipe était marginalisée et ne bénéficiait que de sommes dérisoires qui ne dépassaient pas les 100 millions de centimes. Néanmoins, vu les dettes de l’équipe, qui frôlent les 600 millions de centimes, cette somme ne suffira pas pour régler les charges de l’équipe, entre indemnités des joueurs, les fournisseurs, le transport et la restauration, etc. Mais c’est déjà mieux que les saisons précédentes. Il faut néanmoins souligner que les aides et subventions octroyées aux clubs des autres wilayas qui évoluent dans le même palier que nous sont beaucoup plus conséquentes. J’ai eu l’occasion de discuter avec des présidents de CSA, notamment ceux de Béjaïa, la subvention qui leur a été octroyée dépasse le milliard de centimes !

Avez-vous essayé de trouver des sponsors pour l’équipe ?
Croyez-moi, avec mon staff, nous avons frappé à toutes les portes, je me suis personnellement déplacé partout et j’ai rencontré plusieurs opérateurs économiques, industriels, commerçants pour solliciter des aides à travers des contrats de sponsoring, mais en vain. Nous leur avons même demandé de ne pas nous donner de l’argent, mais de prendre en charge le matériel, l’équipement ou encore la restauration et le transport des joueurs… On n’a pas eu de réponse directe, on nous demande de faire notre demande et d’attendre, mais à ce jour, il n’y a rien. Je reste toutefois optimiste.

Y aura-t-il des changements la saison prochaine ?
On ne change pas une équipe qui gagne. Nous avons discuté avec les joueurs, la plupart ont émis le vœu de rester avec nous pour la prochaine saison. Nous allons juste renforcer l’équipe avec cinq ou six recrues selon les compartiments, des joueurs qu’on jugera utiles et capables d’apporter un plus à l’équipe. On pourrait aisément jouer les premiers rôles, ce sera d’ailleurs notre objectif, à condition qu’il y ait une amélioration des moyens financiers évidemment.

Et pour l’entraîneur ?
Ce sera à 90% Tellal Ali. Il connaît très bien la maison, il a d’ailleurs fait un très bon travail la saison écoulée. Nous songeons par contre renforcer la barre technique en lui ramenant un adjoint.
Entretien réalisé par M’hena A

0